éditoriaux

Manières de finir

Manières de finir

Littérature et barbarie

Littérature et barbarie

La cérémonie des Hugo

La cérémonie des Hugo

Ces récits qui viennent

Ces récits qui viennent

Initiée par Daniel Senovilla Hernandez, Stéphane Bikialo et Marie Cosnay au sein des éditions Dacres, en partenariat avec le laboratoire MIGRINTER (CNRS, Université de Poitiers) et l’Observatoire de la Migration de Mineurs, la collection "Ces récits qui viennent" se propose d’accueillir des récits autour du processus des migrations. Les acteurs et actrices des migrations y ont eux-mêmes la parole. Il s’agit de prendre acte que ces récits peuvent apporter quelque chose de nouveau à la littérature et que la littérature peut apporter à ses auteurs une forme d’expression et de partage non conditionnée par les multiples enjeux de la vie en exil. Dans une vidéo proposée sur YouTube, Daniel Senovilla raconte la genèse de cette collection et l’accompagnement des jeunes écrivains. Parmi les premiers récits de jeunes migrants publiés : Chez moi, ou presque… de Stephen Ngatcheu, Un sur mille de Mouhamed Sanoussy Fadiga, Sur le chemin de ses rêves de Baba Fotso Toukam Junior accompagné de Claire Clouet, et Les héros du quotidien de Dennis Kamerun.

L'ordinaire selon Cavell

L'ordinaire selon Cavell

Stanley Cavell est d’abord un penseur de l’ordinaire, thème qu’il a exploré et approfondi à partir de la philosophie de Wittgenstein et de Austin, de la tragédie de Shakespeare, du cinéma classique de Hollywood. Dans En quête de l’ordinaire. Scepticisme et romantisme qui paraît ces jours-ci aux éditions Vrin, il relance la philosophie du langage ordinaire, avec un plaidoyer pour une philosophie du romantisme américain. En lisant Emerson, Thoreau, Coleridge et Wordsworth avec Kant et Heidegger, ou encore Shakespeare et Poe avec Descartes, Lacan et Derrida, Cavell montre que le romantisme et le transcendantalisme constituent une authentique réponse philosophique au défi du scepticisme – une réponse qui s’adresse à la fois aux arguments sceptiques et aux tentatives traditionnelles de les contrer. Car relever le défi du scepticisme est une tâche toujours à recommencer, qui ne peut viser une refondation théorique définitive mais invite plutôt à la restauration, ou au rétablissement, de l’ordinaire. Paraît dans le même temps une réédition de Le cinéma nous rend-il meilleurs ?

(Illustr. : photogramme de Les Moissons du ciel de Terrence Malick, 1979, Solaris Distribution)

Lovecraft en toutes lettres

Lovecraft en toutes lettres

Les Grands Détroits

Les Grands Détroits

Une nouvelle maison d'édition indépendante vient de voir le jour à Rouen, à l'initiative de deux professeurs de philosophie, Jean Bourgault et Yann Mouton : Les Grands Détroits, distribuée par Pollen. À sa source, la conviction "qu’un texte, philosophique ou non, nait toujours d’une expérience vécue (étonnement, admiration, détresse ou déchirement) et qu’il est comme un passage, en rupture". De là le désir d'offrir un espace nouveau pour l'écriture philosophique, qui naît de l'expérience de l'enseignement et aboutit à une forme d'écriture qui échappe aux impératifs académiques. Deux collections illustrent ce désir : la collection « Au plus près », qui publiera les travaux de celles et ceux qui tentent de rejoindre, rigoureusement, l’horizon d’un corpus, d’une œuvre ou d’une grande thématique en devenir, et la collection « Carnets », ouverte aux chroniques d’expériences et d’engagements de tous ordres de pensée et de vie. Vous pourrez y découvrir l'étude de Yann Mouton sur Rousseau (Jean-Jacques Rousseau, manière d’écrire et manière d’être) et le récit d'André Hirt intitulé Le Voyage avec l'enfant, qui sortira le 25 septembre prochain mais dont vous pouvez déjà lire les premières pages. Il se murmure d'ailleurs qu'une collection de fictions est également en préparation... De quoi créer un nouveau passage entre fiction et philosophie.

Lire aussi les éditos de la rubrique Questions de société…

Et les éditos de la rubrique Web littéraire…

Suite