Colloques en ligne

L’art, machine à voyager dans le temps

 

Qu’est-ce que le temps littéraire et/ou artistique ? Qu’est-ce, en littérature et dans les arts, que le temps ? Ou encore, qu’est-ce, pour un écrivain, pour un peintre, pour un photographe, pour un réalisateur, que le temps ?

 

La première difficulté que rencontre celui qui s’interroge sur le temps tel que le pratiquent et tel que le figurent la littérature et les arts est celle de la formulation de la question qui l’occupe : comment, en quels termes le problème du temps en littérature et dans les arts se pose-t-il ? Le temps est-il, dans le contexte littéraire et artistique, un concept, une notion, un percept ? Le temps, pour les écrivains et les artistes, est-il un thème, un motif, un outil, un support ?

 

Peut-être la méthode la plus pertinente et la plus efficace est-elle celle qui consiste à considérer la réponse que donnent les artistes avant de formuler la ou les question(s) que nous aimerions leur poser. C’est en tout cas le choix qu’ont fait les chercheurs qui se sont réunis pour le colloque L’art, machine à voyager dans le temps (Université de Haute-Alsace, Mulhouse, 22‑25 mars 2017). Plutôt qu’un concept ou qu’une notion, c’est par suite une posture singulière, celle du voyageur dans le temps, et les usages créateurs et lectoriels qu’elle engendre qui sont au cœur des études ici rassemblées. 

 

78710.jpg

 

Textes réunis par 

Augustin Voegele et Frédérique Toudoire-Surlapierre

et mis en ligne avec le soutien de l'Université de Lausanne.