Agenda
Évènements & colloques
Les

Les "voix" de Michel Houellebecq (Université de Lausanne)

Publié le par Marion Moreau (Source : Université de Lausanne)

Les « voix » de Michel Houellebecq

Colloque international organisé par Raphaël BARONI & Samuel ESTIER

3-4 mars 2016
UNIVERSITE DE LAUSANNE
Métro UNIL-Sorge, Bâtiment AMPHIMAX, Salle 414

Entrée libre

Problématique du colloque

Ce colloque réunit quatorze chercheurs internationaux et lausannois pour mener une réflexion sur les « voix » de Michel Houellebecq, dans toutes les nuances et toutes les acceptions que cette notion peut recouvrir dans la critique et la théorie littéraire contemporaine. Le potentiel polémique et la complexité énonciative de l’œuvre de Michel Houellebecq soulèvent en effet des questions nombreuses et complexes. On évoque souvent la portée éthique ou politique de l’œuvre et la responsabilité morale de l’écrivain, qui s’est d’ailleurs vu assigner plusieurs procès au cours de sa carrière. Or, ainsi que le remarque Mieke Bal, « pour rendre compte que le récit ne vient pas de nulle part et que quelqu'un en est responsable, le concept [de voix] paraît indispensable ». Liesbeth Korthals Altes ajoute que les remous provoqués par les romans de Houellebecq ont « ceci de piquant que la question de la position de l’auteur, sinon de ses intentions et de sa morale, si soigneusement évacués par la théorie littéraire dominante, [reprennent] tous [leurs] droits ». Le ton des romans, qui oscille entre l’ironie, la provocation, la sincérité et le registre de l’essai, et que l’auteur invite d’ailleurs parfois à lire « au premier degré », entraîne des lectures divergentes, qui clivent le public. En outre, la posture de Houellebecq – qui reprend parfois à son compte certains propos tenus par ses personnages – contribue à brouiller les pistes, tout en rendant poreuses les frontières qui séparent le texte des opinions de l’auteur. Il est tout aussi frappant de constater qu’à la parution de son dernier roman, sa posture s’est pratiquement inversée, puisque l’auteur sépare désormais catégoriquement ses propres opinions (jugées sans importance d’un point de vue littéraire) des propos tenus par ses personnages, tout en continuant d’exposer sa vision personnelle du monde dans différents médias. Même sa présence médiatique apparaît intermittente, oscillant entre l’omniprésence et le retrait stratégique. La voix de l’auteur se décline ainsi sur une vaste gamme médiatique, qui couvre, outre le roman, l’essai et la poésie, ses performances d’homme public, de réalisateur, de photographe, de curateur, de parolier, de chanteur ou d’acteur. Cette multitude de canaux, loin de réduire la complexité des voix de l’auteur, en diversifie au contraire les modulations, les hybridations et la diversité des registres. Ces « voix », si difficiles à cerner, apparaissent en même temps idéalement contemporaines, car elles rejoignent une esthétique réengagée dans notre « litige avec le monde » (pour utiliser une expression de Julien Gracq) et elles font également écho à une critique littéraire qui redécouvre le statut discursif des énoncés fictionnels, leurs dimensions éthique, sociale, politique et leurs liens indissociables avec la posture publique de l’écrivain. L’interprète ne saurait échapper aux voix de Michel Houellebecq sans réduire considérablement la portée ou l’intérêt de sa lecture.

JEUDI 3 MARS

8h45        Raphaël Baroni et Samuel Estier (UNIL)    
Ouverture du colloque : Le « problème » de la polyphonie et le « cas » Houellebecq

9h00        Agathe Novak-Lechevalier (Univ. Paris X) 
Porté disparu : l’art de l’évanouissement chez Houellebecq

9h30        Liesbeth Korthals Altes (Univ. Groningen)                    
Ruminations spirituelles et salade de pissenlits : ethos des voix narratives chez Huysmans (Là-Bas) et Houellebecq (Soumission)

10h00-11h00 Discussion et pause café

11h00      Jérôme Meizoz (UNIL)       
Au-delà médiatique et lassitude de la singularité : La Carte et le territoire

11h30      Raphaël Baroni (UNIL)        
Combien y a-t-il d’auteurs dans cette œuvre ?

12h00-14h00 Discussion et repas midi

14h00      Samuel Estier (UNIL)           
Houellebecq polyglotte

14h30      Matthieu Dupas (Univ. Michigan)              
Michel Houellebecq et la Transition Postsexuelle : une lecture queer des Particules élémentaires

15h00-16h00 Discussion et pause café

16h00      Arnaud Buchs (UNIL)          
De Houellebecq à Baudelaire, aller-retour

16h30      Gaspard Turin (UNIL)          
Houellebecq et les voix de l’actualité

17h00      Discussion

VENDREDI 4 MARS

9h00        Francesca Lorandini (Univ. de Trente)      
« L’auteur est aussi un être humain ». Tentative de dépassement du paradoxe houellebecquien

9h30        Alice Bottarelli (UNIL)         
Le bouddhisme chez Houellebecq : un « Espace du Possible » en palimpseste

10h00-11h00 Discussion et pause café

11h00      Marc Escola (UNIL)              
Puissance du roman, paresse du romancier ?

11h30      Marc Atallah (UNIL)             
D’Extension à Soumission : les utopies postmodernes de Michel Houellebecq

12h00-14h00 Discussion et repas midi

14h00      Russell Williams (American Univ. of Paris)                 
Une poétique de la neutralité : soumission, anomie et inertie dans la fiction de Michel Houellebecq

14h30      Natacha Brix (UNIL)             
Houellebecq est-il sur le point de devenir culte ?

15h00      Discussion et clôture