Agenda
Évènements & colloques
La tâche poétique du traducteur (Paris)

La tâche poétique du traducteur (Paris)

Publié le par Marc Escola (Source : Inès Cazalas)

Politique et poétique de la traduction

Dans le cadre d’un partenariat entre l’Institut des Etudes Avancées,
le CERILAC de l’Université Paris-Diderot, le centre TELEM de l’université de Bordeaux-Montaigne,
l’Institut français (Bureau du Livre) de Londres, le CERC de l’Université Paris 3,
le TARMAC, Scène internationale francophone

• Spectacle La Justice des poissons, samedi 18 mars 2017, 16h

Dans le cadre des Traversées du monde arabe

Le Tarmac,159 avenue Gambetta 75020 Paris

• Spectacle en français et en arabe écrit par Henri-Jules Julien (1h)

Conception, écriture et mise sur scène : Henri Jules Julien

Avec Nanda Mohammad (actrice), David Chiesa (contrebasse)

Lumière : Christophe Cardoen

Dans ce spectacle un même texte est prononcé en modifiant les pronoms, puis dit en arabe, et la contrebasse parle une autre langue encore.

suivi d’un débat :

« Nous, eux, tous : dans quelle(s) langue(s) parle la justice des hommes d’aujourd’hui ? »

Avec Sophie Bessis, Henri Jules Julien, Farouk Mardam Bey, Zahia Rahmani,

Débat animé par Catherine Coquio

dans le cadre des Traversées du monde arabe, Théâtre France/Syrie.

*

Colloque La tâche poétique du traducteur, 20-21 mars 2017

Ce colloque entend créer un échange entre praticiens de la traduction littéraire, qu’on a trop peu l’occasion d’écouter, alors même que les propositions nouvelles sur la traduction abondent dans différents domaines (théorie, histoire culturelle, sciences politiques et, en lien avec les migrations, anthropologie et psychanalyse clinique). La « tâche du traducteur », que Walter Benjamin avait voulu émanciper du lecteur, en quoi relève-t-elle du « poétique » ? Quelles sont ses implications politiques ? N’en va-t-il pas dans la traduction de l’existence d’un « monde » commun, fait de mondes disparates qu’elle travaille à relier ?

On questionnera également les politiques éditoriales en matière de traduction littéraire, à un moment où le « mondial » prend le relais du « postcolonial », sans que les effets de hiérarchisations et dominations séculaires aient entièrement disparu, minorisant telles langues ou littératures. On évoquera enfin certaines expérimentations en matière d’enseignement, de transmission et de diffusion, et la pratique croissante des ateliers collaboratifs. On discutera de ces propositions et projets en s’interrogeant sur leur rapport aux institutions, sur les figures de la transmission qu’elles dessinent et sur l’horizon politique qu’elles se donnent.

On trouvera la version longue de l’argumentaire ainsi que la composition du comité scientifique du colloque sur le site du Cerilac : http://ufrlac.lac.univ-paris-diderot.fr/CERILAC/

 

Colloque "La tâche poétique du traducteur"

Lundi 20 et mardi 21 mars 2017

(inscription obligatoire le premier jour lundi 20 à l'IEA : http://www.paris-iea.fr/fr/)

Lundi 20 mars, 9h – 18h. « Poétiques et politiques de la traduction »

9h – 18h30 Institut des Études Avancées

Hôtel de Lauzun, 17 quai d’Anjou 75004 Paris.

 

Matin

9h15. Introduction

 

9h30. Poésie et traduction, poètes traducteurs

Martin Rueff, « Qu'est-ce qu'un poète traducteur ? »

Françoise Morvan, « À partir d’Armand Robin ».

En discussion avec Aurélie Leclercq et Marik Froidefond

10h40 - Pause.

 

11h-13h. Faire entendre

Elisabeth Monteiro Rodrigues : « Mia Couto, faire entendre l'inouï ».

Chantal Chen-Andro : « Le rythme, le son, la forme, la vie ».

Valery Kislov : « Traduire Perec en russe ».

En discussion avec Inès Cazalas et Céline Barral

 

13h - Déjeuner

 

Après-midi

 

14h. Loin, près. Présidente de séance Nisrine Al Zahre.

Nathalie Bontemps : « Syrie, traduire l'expérience des autres ».

Golan Haji : « ''Chiens et mendiants'', écrire à travers la traduction. Al Maari et Homère. »

Hervé Georgelin : « Traduire du grec moderne ou de l'arménien occidental en français : quelle pertinence pour le lectorat (et accessoirement pour le traducteur) ?

 

15h45 - Pause

 

16h. Batailler avec l’allemand ? Président de séance Jean-Patrice Courtois :

Georges-Arthur Goldschmidt : « Traduire, une confrontation physique avec la langue d’en face »

Marianne Dautrey : « Respirer dans le corps de l’autre. Traduire Rosa de Thomas Harlan. »

Olivier Mannoni : « Traduire le nazisme et Uwe Tellkamp »

18h Valérie Deshoulières et Thomas Vercruysse : « Altheea ou la recherche-action ».

 

 

 

Mardi 21 Mars 2017. La traduction littéraire : quelles institutions possibles ?

9h-19h - Université Paris Diderot, 5 rue Thomas Mann, 75013 Paris

Grands –Moulins, Bâtiment C, 6e étage Salle Pierre Albouy.

 

Matin

9h-11h. Quel monde et quelle(s) « langue(s) du monde » ?

Présidente de séance Inès Cazalas

Blaise Wilfert : « La traduction comme opérateur complexe de mondialisation ».

Lucie Campos : « Traduire : langages de frontaliers et utopie du commun. » 

Farouk Mardam Bey. « Éditer les littératures arabes en France ».

 

11h - Pause

 

11h20-12h45 Qui traduit qui ? - Présidente de séance Catherine Coquio

André Markowicz : « Traduire, sans titre »

Claude Mouchard : « Lire-traduire-dire des poètes (japonais, chinois, coréens) avec eux ».

 

12h45 - Déjeuner

 

Après-midi

14h Transmettre une langue. Présidente de séance Céline Barral

Carole Matheron : « Traduire du yiddish en français : entre spectralité et espoir. »

Naomi Nicolas Kaufman : « ''Je tiens encore à vous dire, Mesdames et Messieurs, combien vous comprenez plus de yiddish que vous ne le croyez.'' Traductions d'Anna Margolin. »

 

15h « Trans » - Présidente de séance Lucie Campos

Camille de Toledo : « L’entre-des-langues : pour un espace social et politique étendu. »

Daniel Medin : « Promoting Translation through a Literary Center. »

Paolo Bellommo : « La langue du bourricot : pédagogie et conflit dans un collectif de traduction théâtrale. »

 

16h30 - Pause.

 

16h45 Apprendre : expériences, horizons. Président de séance Xavier Garnier

Marie Vrinat-Nikolov : « Travailler la différence pour renouveler le texte original ».

Santiago Artozqui : « Les deux horizons de la formation permanente du traducteur littéraire. »

Olivier Mannoni : « L’École de traduction littéraire : vers de nouveaux horizons. »

 

18h20 « Lectures hétéroclites », performance autour de la traduction de La Vie mode d’emploi de Georges Perec en russe, par Valéry Kislov, Paul Lequesne et Margot Nguyen Béraud. (à confirmer)

 

18h40 Pot

Comité d’organisation : Nisrine Al Zahre, Céline Barral, Lucie Campos, Inès Cazalas, Catherine Coquio, Aurélie Leclercq