Agenda
Événements & colloques
Critiquer au féminin au XIXe siècle (Caen)

Critiquer au féminin au XIXe siècle (Caen)

Publié le par Esther Demoulin (Source : Lucie Barette)

Critiquer au féminin au XIXe siècle 

Université de Caen Normandie, 21-22 octobre 2022 Amphithéâtre de la MRSH (campus 1) 



Exiger dans vos œuvres les preuves de cette supériorité intellectuelle que vous affichez, cela peut être de la duperie, de la routine, de l’indiscrétion ; mais à coup sûr ce n’est pas de la méchanceté, et vos reproches ne nous intimideront pas.

La lecture de cette « Défense de la critique » établie par Alida de Savignac dans le Journal des Femmes du 4 janvier 1835 amène à s’interroger sur la part des femmes dans l’essor et dans la définition de la critique au XIXe siècle. Si l’on sait désormais combien la réception des œuvres de femmes se fonde sur le genre des autrices, plus que sur les qualités littéraires déployées, les études littéraires ont jusqu’à présent peu exploré les caractéristiques propres à la critique littéraire des écrivaines-journalistes.

Les journées des 21 et 22 octobre 2022 soulèveront différents questionnements :

- Qui sont ces femmes critiques ? Où écrivent-elles ? Quelles postures critiques construisent-elles, quelles stratégies adoptent-elles ? Comment défendent-elles la légitimité de la pratique littéraire et critique des femmes ?

- La participation des femmes aux débats critiques du temps peut se lire sur d’autres supports que le journal : préfaces, œuvres littéraires elles-mêmes, journaux, correspondances… Ces autres espaces et modalités de la critique culturelle méritent également l’investigation.

- Enfin, au-delà de la critique des femmes, la critique de genre féminin doit être interrogée. Si les femmes ont pu pratiquer la critique sous un pseudonyme masculin, des critiques hommes, en effet, ont inversement écrit sous un pseudonyme féminin ou pratiqué une critique affichant des codes, des postures, un ethos féminins.


21 octobre matin (10h30-13h) 

Julie Anselmini et Lucie Barette, Introduction 

Catherine Mariette, « La critique selon Mme de Staël dans De la littérature : ”une manière de sentir” et d’ ”être ému” » 

- Pause - 

Brigitte Diaz, « Réticences et résiliences : les ambiguïtés de la critique au féminin au XIXe siècle. Le cas de George Sand » 

Agathe Giraud, « “Vous n’êtes pas personnelle comme la première, ni romanesque comme la seconde” : la plume critique de Marie d’Agoult/Daniel Stern 

Déjeuner 

21 octobre après-midi (15h-17h30) 

Sandra Pérez-Ramos, « La critique des femmes par une biographe du XIXe siècle : le Dictionnaire des femmes célèbres (1835) de Maria Antonia Guttiérrez Bueno y Ahoiz » 

Nicoletta Agresta, « Stratégies auctoriales féminines de positionnement dans le champ littéraire : le cas d’Emilia Luzzatto » 

- Pause - 

Manon Grégoire « Critiquer l’art au féminin entre 1870 et 1890, les stratégies d’accès à l’écriture » 

Julien Bastoen, « Sabine Méa : femme artiste, critique polygraphe et féministe » 

22 octobre matin (9h30-12h30) 

Azélie Fayolle, « Lectures et littéralité dans Femme libre. Apostolat des femmes (1832-1834) » 

Aleksandra Dera, « L’Amour au féminin, ou la philosophie morale de Michelet sous la plume (et à la loupe) d’Adèle Esquiros » 

- Pause - 

Ylenia De Luca, « Olympe Audouard : journaliste et chroniqueuse engagée sous le Second Empire » 

  • Responsable :
    LASLAR
  • Adresse :
    Normandie Université, Caen