Actualité
Appels à contributions
TTR – Traduction, terminologie, rédaction, vol. 36, n° 2 :

TTR – Traduction, terminologie, rédaction, vol. 36, n° 2 : "Brouillons de traduction / Translation Drafts" (dir. Patrick Hersant)

Publié le par Selina Follonier (Source : Patrick Hersant)

Appel à contributions : « Brouillons de traduction »

TTR – Traduction, terminologie, rédaction, vol. 36, n° 2 (2023)

Numéro thématique coordonné par Patrick Hersant

Au terme de quelles opérations mentales et scripturales un texte devient-il, dans une autre langue, un autre texte ? Pour mieux comprendre comment naissent les traductions, la revue TTR – Traduction, terminologie, rédaction se propose d’examiner un objet d’étude longtemps resté invisible ou inaccessible : les documents de travail de traductrices et de traducteurs, où biffures et permutations, ratures et repentirs, palettes et corrections successives exposent sur la page un processus encore peu étudié – la traduction à l’œuvre.

Prenant acte de la réévaluation de l’acte traductif et de l’essor de la traductologie, certaines bibliothèques et autres institutions ont entrepris depuis une dizaine d’années d’acquérir des documents de traducteurs et de traductrices, afin de constituer des archives de traduction dont la plupart restent encore à exploiter — on en trouvera des exemples sur le carnet « Génétique des traductions » à l’adresse https://gdt.hypotheses.org/.

Associant traductologie et génétique des textes, la « génétique des traductions » invite à observer le travail des traducteurs sous ses multiples aspects : rédaction, péritexte, correspondance avec l’auteur, réflexions sur la pratique, etc. Dans ce numéro de TTR, on s’en tiendra toutefois à un unique objet, le moins exploité à ce jour : les brouillons de traduction, sous forme de premier jet manuel ou de dactylogramme remanié : une lecture génétique de ces brouillons devrait nous éclairer sur la réalité quotidienne du travail des traducteurs, sur l’évolution de leur méthode au fil des ans ou d’une œuvre à l’autre, et sur cette interface méconnue où le texte s’élabore en même temps que la langue se métamorphose, à coups de trouvailles, d’approximations provisoires et de retouches perpétuelles.

Les contributions de ce numéro (en anglais ou en français), pourront notamment traiter l’une ou plusieurs des questions suivantes :

· Que gagne-t-on à examiner le processus traductif au lieu (ou en plus) de s’en tenir au produit final qu’est le livre imprimé ? Pourquoi les documents de travail de certains traducteurs littéraires ont-ils survécu, quand d’autres ont été perdus ou oubliés ? Les traces du travail traductif sur la page révèlent-elles des collaborations inattendues (par exemple avec l’auteur) et l’intervention de tiers insoupçonnés (par exemple l’éditeur ou le réviseur) ? 

· De quelles méthodologies disposent les chercheurs en génétique des traductions ? Quels enseignements les traductologues peuvent-ils tirer des autres disciplines qui étudient et théorisent les archives ? En quoi l’approche génétique peut-elle enrichir l’analytique des traductions, et quelles en sont les contraintes ou les limites ?

· Quelles difficultés rencontre le chercheur travaillant sur des documents de travail situés en dehors des bibliothèques et autres lieux institutionnels ? La prolifération des ordinateurs personnels, des technologies de la traduction, des bases de données et autres médias numériques pose-t-elle des problèmes spécifiques pour une approche génétique de la traductologie ?

 ________________________

Call for papers: “Translation Drafts”

TTR – Traduction, terminologie, rédaction, vol. 36, n° 2 (2023)

Thematic issue guest edited by Patrick Hersant

What are the mental operations and writing practices by which a text becomes, in another language, another text? In order to better understand how translations come into being, the journal TTR - Traduction, terminologie, rédaction proposes to examine an object of study that has long remained invisible or inaccessible: the working documents of translators, where strikethroughs and permutations, erasures and second thoughts, alternative wordings and successive corrections reveal a process that is as yet understudied:  translations in the making.

Following the rise of translation studies as a discipline and the re-evaluation of the act of translation, over the past ten years libraries and other institutions have acquired translators’ documents. This has led to the creation of translation archives, most of which have yet to be exploited – examples can be found in the “Genetics of Translations” notebook at https://gdt.hypotheses.org/.

Combining translation studies and genetic criticism, the “genetics of translations” invites a reflection on the work of translators in its multiple aspects, including writing, peritexts, correspondence with the author, and reflections on practice. However, this thematic issue of TTR aims to circumscribe and investigate a single object, the least studied to date: translation drafts, in the form of manual first drafts or reworked typescripts. A genetic reading of these drafts should shed light on the daily reality of translators’ work, on the evolution of their method over the years or from one work to the next, and on the little-known interface where the text is created, at the same time as language is transformed, through discoveries, provisional approximations, and perpetual rewriting.

Contributions to this issue (in English or French) may address one or more of the following questions:

· What is gained by examining the translation process instead of (or in addition to) the final product, the printed book? Why have the working documents of some literary translators survived, while others have been lost or forgotten? Do the traces on the page of the translator's work reveal unexpected collaborations (e.g. with the author) or the intervention of unsuspected third parties (e.g. the editor or the reviser)?

· What methodologies are available to researchers in translation genetics? What can translation theorists learn from other disciplines that study and theorise archives? How can the genetic approach enrich translation analytics, and what are its constraints or limitations?

· What difficulties does the researcher face when analyzing working documents located outside libraries and other institutions? Does the proliferation of personal computers, translation technologies, databases, and other digital media pose specific problems for a genetic approach to translation studies?

 ________________________

Les abstracts des articles proposés (600 mots maximum) sont attendus pour le 1er novembre 2022.

Les articles (en anglais ou en français ; 10 000 mots maximum, bibliographie et notes comprises) sont attendus pour le 1er février 2023.

Les articles, accompagnés d’un résumé (en français et en anglais), de 5 mots-clés (en anglais et en français), d’une notice bio-bibliographique (250 mots maximum) et du formulaire « Engagement de l’auteur » dûment signé (disponible ici : http://act-cats.ca/fr/) sont à envoyer à  patrick.hersant@ens.fr

 ________________________

Bibliographie sélective / Selective bibliography

Agostini, V., et A. Lavieri (dir.) (2015) "Poétiques des archives : Genèse des traductions et communautés de pratique", numéro thématique de Transalpina, n° 18.

Chesterman, A. (2009) "The name and nature of translator studies", Hermes, n° 42, p. 13-22.

Cordingley, A., et C. Montini (2015) "Genetic translation studies: An emerging discipline", Linguistica Antverpiensia (New Series), numéro thématique "Towards a genetics of translation", n° 14, https://lans-tts.uantwerpen.be/index.php/LANS-TTS/issue/view/16.

De Biasi, P.-M. (1998) "Qu’est-ce qu’un brouillon ? Le cas Flaubert : essai de typologie fonctionnelle des documents de genèse", in M. Contat (dir.), Pourquoi la critique génétique ? Méthodes, théories, Paris : CNRS, p. 31-60.

De Biasi, P.-M. (2011) Génétique des textes, Paris : CNRS.

Deppman, J., D. Ferrer et M. Groden (dir.) (2004) Genetic criticism: texts and avant-textes, Philadelphie : University of Pennsylvania Press.

Durand-Bogaert, F. (dir.) (2014) "Traduire", numéro thématique de Genesis, n° 38, https://journals.openedition.org/genesis/992.

Ferrer, D. (2011) Logiques du brouillon : Modèles pour une critique génétique, Paris : Éditions du Seuil.

Grésillon, A. (1994) Eléments de critique génétique, Paris : PUF.

Hersant, P. (dir.) (2020) "Dans l’archive des traducteurs", numéro thématique de Palimpsestes, n° 34, https://journals.openedition.org/palimpsestes/4863.

Hersant, P. "“On n’est jamais tout seul” : étude génétique d’une collaboration", in Ana Clara Santos (dir.), Carnets, revue d’études françaises, n° 14, 2018, https://journals.openedition.org/carnets/8795.

Munday, J. (2013) "The role of archival and manuscript research in the investigation of translator decision-making", Target, vol. 25, n° 1, p. 127-140.

Munday, J. (2014) "Using primary sources to produce a microhistory of translation and translators: Theoretical and methodological concerns", The Translator, vol. 20, n° 1, p. 64-80.

Nunes, A. et al. (2020) Genetic Translation Studies, Londres : Bloomsbury.

Scott, C. (2006) "Translating the literary: Genetic criticism text theory and poetry" in S. Bassnett et P. Bush (dir.), The translator as writer, Londres : Continuum, p. 106-117.

Van Hulle, D. (2022) Genetic criticism: Tracing creativity in literature, Oxford : OUP.