Agenda
Évènements & colloques
L’interdisciplinarité dans les sciences humaines et sociales : Visions intersectionnelles & approches multiples

L’interdisciplinarité dans les sciences humaines et sociales : Visions intersectionnelles & approches multiples

Publié le par Perrine Coudurier (Source : SAHRAOUI Mariam)

Le laboratoire Interdisciplinarité des Sciences Humaines et Sociales organise la 1ère édition du colloque doctoral
L’interdisciplinarité dans les sciences humaines et sociales : Visions intersectionnelles et approches multiples 


Argumentaire
Mettre en commun les réflexions et les préoccupations des personnes et des groupes qui désirent modifier leurs pratiques professionnelles et de recherche dans le sens d’une meilleure collaboration professionnelle et scientifique nécessite une approche interdisciplinaire. L’interdisciplinarité s’impose de plus en plus comme nouveau paradigme de recherche même si la définition du concept ne fait pas consensus.  

Dans les différentes acceptions du concept relevées par CHAMPOUX (1999) deux courants se démarquent : le premier conçoit l’interdisciplinarité dans le cadre de la coopération. Selon HEBERT (1990) « L’interdisciplinarité se définit non seulement par la juxtaposition de plusieurs disciplines mais aussi par les relations réciproques que doivent entretenir les professionnels impliqués. »   Le second courant inscrit l’interdisciplinarité dans l’esprit de « l’intégration ». Beaucoup d’auteurs se partagent cette optique, entre autres KLEIN, DUSSAULT et LECLERC. Selon ce dernier une véritable interdisciplinarité se concrétise lorsque les horizons de chaque discipline dépassent leurs limites pour s’intégrer dans une réalité plus globale, laquelle, est elle-même reconstruite à travers l’intégration des éléments multiples qui l’ont créée. Or, pour LEBEL (1999) l’interdisciplinarité n’est pas une fin en soi elle n’est pertinente et justifiée que lorsqu’une situation à traiter est tellement complexe que l’expertise d’une seule discipline n’est pas suffisante pour assurer la qualité d’un service. 

L’interdisciplinarité redéfinit les champs de la connaissance et leurs modes d’appréhension ; elle permet de repenser les rapports de l’homme avec le monde sous des angles différents. Cette vision n’est pas nouvelle, elle a débuté dès 1986 dans un colloque intitulé « La science et les frontières de la connaissance » et celui de 1990 « carrefour des sciences ». Mais elle reste encore à interroger, face à l’éclatement des sciences et à l’absence de dialogue entre les différentes disciplines scientifiques. Elle est également à situer par rapport aux deux autres concepts, ceux de pluridisciplinarité et de transdisciplinarité. 

Le laboratoire Interdisciplinarité des Sciences Humaines et Sociales organise un colloque doctoral qui sera l’occasion de réfléchir sur le concept d’interdisciplinarité et les pratiques interdisciplinaires ; il permettra aux chercheurs de se positionner théoriquement et méthodologiquement, par rapport à ce concept, en vue de créer des connexions entre les différentes disciplines pour comprendre leur objet d’études. Il sera l’occasion également de s’interroger sur les modalités d’articulation entre concepts et outils pour une démarche interdisciplinaire, de vérifier l’applicabilité des pratiques interdisciplinaires et de discerner la réalité du discours. 


Pour échanger autour de l’utilité et la pratique de l’interdisciplinarité en Sciences Humaines et Sociales, ce colloque se propose de traiter à titre indicatif les axes suivants :
·         l’interdisciplinarité dans les champs cognitifs
·         Interdisciplinarité et enseignement : horizons et défis
·         Les articulations entre les sciences
·         Interdisciplinarité et analyse du discours 
·         Interdisciplinarité et scientificité des sciences humaines
·         Interdisciplinarité et méthodologie de recherche en Sciences Humaines et Sociales.
·         Interdisciplinarité, transdisciplinarité et perspectives méthodologiques  

Coordonnateur du colloque
IBN EL FAROUK Abdelhamid (Professeur d’enseignement supérieur – Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Mohammedia)

Comité d’organisation         
SAHRAOUI Mariam - Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Mohammedia
BELARABI Ahlam - Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Mohammedia
LAGIUIDI Yamina - Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Mohammedia
ATIF Youssef - Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Mohammedia

Comité scientifique
BELMEKI Hassania - Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Mohammedia
IBN EL FAROUK Abdelhamid - Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Mohammedia
KEMBOUCHE Kheira - Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Mohammedia
LYAZIDI Souad - Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Mohammedia
MABROUR Abdelouahad - Faculté des Lettres et des Sciences Humaines El Jadida
MGHARFAOUI Khalil - Faculté des Lettres et des Sciences Humaines El Jadida
OULEDALLA Mohamed - Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Mohammedia

Modalités de contribution
Les chercheurs auront le choix de proposer des communications orales ou affichées (posters) ;
Les communications orales acceptées seront présentées pendant 20 minutes, suivies de 10 minutes de discussion.
Les communications affichées acceptées seront présentées pendant 10 minutes, suivies de 5 minutes de discussion.

Calendrier
·  Janvier 2022 : Lancement de l’appel à communication
· 28 Février 2022 : Soumission des projets de communication
·  14 Mars 2022 : Réponse du comité scientifique
·  16 Mai 2022 : Tenue du colloque

Envoi des propositions de communication
Les propositions de communications doivent être envoyées à adresse suivante : Colloque.flshm@gmail.com

Normes de Rédaction
Les communications devront être envoyées sous format (Word, PDF) rédigées en langue française ou anglaise. 
Le format de soumission des textes de communications doit respecter les instructions suivantes : 
-La première page contiendra les noms et statut des auteurs, établissement, université d’affiliation, laboratoire et le titre de la communication. (Téléphone et adresse électronique) 
- La deuxième page ne contiendra que le titre de la communication, le résumé (450 mots maximum) dans la langue de la communication et dans la langue anglaise et 3 à 5 mots clés. 
-Le texte sous format Word, caractères Times 12, format, A4, marges de 2,5 cm, 1,5 ligne, 10 pages maximum y compris : tableaux, schémas, images pour les propositions de communications orales et 4 pages maximum pour les propositions de communications affichées (posters).

Bibliographie indicative
Champoux, J.F. (1999). Définitions de l’interdisciplinarité et des thèmes et expressions associés : outil de réflexion. Université de Sherbrooke, document inédit

Chartier, L.., Pronovost, L. Malavoy, M. et Jinchereau, F. (1984). Une expérience de formation à l’interdisciplinarité. L’infirmière canadienne, 26, 7, p.10-18. 

Hébert, R. (1990). Contraintes, limites et défis de l’interdisciplinarité dans les services gériatriques. Dans Hébert, R. (Ed) Interdisciplinarité en gérontologie, Actes du 4e congrès international francophone de gérontologie. Saint-Hyacinthe : Edisem.

Leclerc, G. (1990). Une expérience de formation à la recherche interdisciplinaire pour des praticiens de la gérontologie. Dans Hébert, R. (Ed) Interdisciplinarité en gérontologie. Actes du 4e congrès international francophone de gérontologie. Saint-Hyacinthe : Edisem. pp. 96-104.

Lenoir, Y. (1995), L’interdisciplinarité : aperçu historique de la genèse d’un concept, Cahiers de la recherche en éducation, 2(2), 227-265.

https://www.usherbrooke.ca/psychologie/fileadmin/sites/psychologie/espace-etudiant/Revue_Interactions/Volume_5_no_1/V5N1_PAYETTE_Maurice_p19-36.pdf