Acta fabula
ISSN 2115-8037

DOSSIER CRITIQUE n°58

2020Juin 2020 (volume 21, numéro 6)
titre du numéro

Les études théâtrales à l'intersection des disciplines

À en croire Étienne Souriau dans La Correspondance des arts. Éléments d’esthétique comparée (1947), paru une dizaine d’années avant que le premier Institut d’études théâtrales français ne soit fondé en Sorbonne, « la synthèse théâtrale […] englobe » plusieurs régions du « système des Beaux‑arts » : « musique, poésie, mimique et danse ; et s’étend même au‑delà, jusqu’à la peinture et l’architecture (avec le décor et l’arrangement scénique) » (Paris, Flammarion, 1969, p. 134). Un tel constat concourt à expliquer que l’étude du théâtre profite à ce point de l’ancrage pluridisciplinaire des chercheurs et chercheuses : anthropologie, droit, économie, histoire, histoire de l’art, littérature, musicologie, philosophie, science politique, sociologie, etc. C’est en effet à l'intersection des disciplines que les études théâtrales se demandent aujourd’hui comment, par exemple, articuler description formelle et expérience subjective dans le commentaire de spectacles, comment penser l’impact politique des productions scéniques, comment exploiter les documents textuels, sonores ou visuels pour l’étude des œuvres, ou encore comment lire les pièces publiées sous la forme de livres. Adossées à des parutions récentes thématisant ou illustrant la richesse et la diversité disciplinaires des études théâtrales, mais aussi l’histoire de leur institution universitaire (toujours en jeu), les réflexions offertes ci‑dessous, à l’initiative du Centre d’Études Théâtrales (CET) nouvellement créé à l’Université de Lausanne, qui avait assemblé un précédent sommaire d'Acta fabula sur les « Nouvelles recherches sur le théâtre classique », y répondent diversement.


Textes réunis par
Romain Bionda et Aurélien Maignant

Image : El Conde de Torrefiel, Guerrilla, 2016.