Actualité
Appels à contributions
Duras féministe ? Lire et relire Duras aujourd'hui (Lille)

Duras féministe ? Lire et relire Duras aujourd'hui (Lille)

Publié le par Faculté des lettres - Université de Lausanne (Source : Florence de Chalonge)

Appel à communications

Journée d’étude annuelle Marguerite Duras

Vendredi 7 décembre 2023

Université de Lille (ALITHILA) – Société internationale Marguerite Duras 


Duras féministe ?  Lire et relire Duras aujourd’hui

Journée organisée par Florence de Chalonge (Université de Lille) et Anne Cousseau (Université de Lorraine – SIMD)
 
Université de Lille – Maison de la recherche

« Je ne suis pas “féministe”. Je ne crois pas au féminisme. Je crois que le seul féminisme valable, il n’est pas militant. C’est de laisser les femmes à elles-mêmes, libres », déclarait Marguerite Duras lors d’un entretien avec Susan D. Cohen en 1973. Pour autant, Marguerite Duras ne s’est pas tenue à l’écart de la lutte des femmes et de la pensée féministe qui animent le débat politique et social des années 1970. En témoignent les entretiens réalisés avec Xavière Gauthier en 1973, qui donneront lieu à la publication des Parleuses en 1974, mais aussi ceux accordés à Suzanne Horer en 1973 ou à Susan Husserl Kapit en 1975, ainsi que les textes qu’elle propose à Xavière Gauthier pour sa revue Sorcières, dont le titre lui est inspiré par la lecture de Michelet. On peut rappeler également qu’elle avait apposé son nom en 1971 au bas du « manifeste des 343 » qui réclamait la dépénalisation de l’avortement. 

Au-delà de ce seul contexte historique et idéologique propre aux années 1970, qui donna lieu à la réalisation de son film Nathalie Granger, tourné en 1972 et publié en 1973, dont le titre initial était « Nathalie Granger ou la maison des femmes », Marguerite Duras s’est attachée dans nombre de ses œuvres à explorer « les territoires du féminin », selon le titre de l’essai de Marcelle Marini, et à écrire depuis ce lieu, « avec une grammaire au féminin » qui trouble le rapport des genres (Calle-Gruber, Dictionnaire Marguerite Duras, 2020).

Le féminisme de Marguerite Duras ne va pas de soi, comme l’ont montré un certain nombre de travaux critiques (Blot-Labarrère, 1992 ; Ahlstedt, 2008), et comme l’a rappelé à plusieurs reprises Xavière Gauthier elle-même (1980, 2005). Les œuvres des années 1980 en brouillent encore davantage la lecture. Sans doute peut-on dire aussi avec Simona Crippa que par bien des aspects le féminisme de Duras « excède le féminisme » (Dictionnaire Marguerite Duras). Et cependant l’on ne peut dénier l’inscription de la figure de Duras dans une histoire du féminisme (comme en atteste par exemple sa présence dans le récent Dictionnaire des féministes publié en 2017), ou plus exactement des féminismes, qui court depuis le XVIIIe siècle jusqu’à la période post #MeToo où l’on voit revenir avec force les figures de « parleuses » et de sorcières (Piette, 2022). 

Cette journée d’étude propose donc d’examiner quelle présence peuvent avoir le discours, la figure et l’œuvre de l’écrivaine au sein de la pensée contemporaine du féminisme et des débats qui l’accompagnent, mais aussi de mesurer les dialogues qui se nouent avec les écritures littéraires au féminin/du féminin d’aujourd’hui. 

Différents axes d’étude pourront être envisagés, sans exclusivité :

-       Faut-il relire certaines œuvres de l’auteur par le prisme des questions féministes ?

-       Alors que la figure de Duras a occupé une place majeure dans les études anglo-américaines du French Feminism de la fin du XXe siècle au début des années 2000, sous l’impulsion notamment des Gender Studies, quelle place trouve-t-elle aujourd’hui dans ce que l’on dénomme la « troisième vague du féminisme » ? Le lien peut-il encore être celui d’une filiation ou appelle-t-il à une posture résolument critique ? 

-       Quelles relectures possibles du féminisme de Duras à l’aune des féminismes actuels ?

-       La question souvent approchée par Duras de la singularité d’une écriture au féminin (au cœur des débats des années 1970), ou d’une parole féminine, trouve-t-elle un écho auprès des écrivaines d’aujourd’hui ?

-       Certaines œuvres de la littérature contemporaine continuent-elles de s’inscrire, implicitement ou explicitement, dans une exploration des territoires « du féminin » ? 



Éléments de bibliographie

Alazet Bernard, Blot-Labarrère Christiane (dir.), Dictionnaire Marguerite Duras, Paris, Champion, 2020.

Ahlstedt Eva, « Marguerite Duras féministe malgré elle ? Réflexions sur la réception féministe de l’œuvre durassienne des années 1970 jusqu’à nos jours », in E. Ahlstedt et Catherine Bouthors-Paillart (dir.), Marguerite Duras et la pensée contemporaine, Göteborg, Acta Universitatis Gothoburgensis, 2008, p. 157-169.

Bard Christine, Chaperon Sylvie (dir.), Dictionnaire des féministes : France xviii e-xxie siècle, Paris, PUF, 2017.

Blot-Labarrère Christiane, Marguerite Duras, Paris, Seuil, « Les contemporains », 1992.

Chollet Mona, Sorcières : la puissance invaincue des femmes, Paris, La Découverte, 2018.

Chouen-Ollier Chloé, L’Écriture de la prostitution dans l’œuvre de Marguerite Duras : écrire l’écart, Paris, Lettres Modernes Minard, « Critique », 2015.

Cohen Susan D., « Entretien avec Marguerite Duras » (juil. 1972), reproduit dans Initiales (École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon), n° 3, « M. D. », janv. 2014, p. 48-51.

Didier Béatrice, Fouque Antoinette, Calle-Gruber Mireille, Le Dictionnaire universel des créatrices, Paris, Éd. des femmes, 2013.

Dorlin Elsa, Sexe, genre et sexualités : introduction à la théorie féministe [2008], Paris, PUF, coll. « Philosophies », 2021.

Duras Marguerite, Nathalie Granger suivi de La Femme du Gange, Paris, Gallimard, 1973.

—, Les Parleuses, Paris, Minuit, 1974.

—, Les Lieux de Marguerite Duras, Paris, Minuit, 1977.

—, Outside [1981], Paris, P.O.L., 1984.

—, La Vie matérielle, Paris, P.O.L., 1987.

Femmes et littérature : une histoire culturelle, t. ii, Martine Reid (dir.), par Florence de Chalonge, Delphine Naudier, Christelle Reggiani (pour les xxe et xxe siècles), Paris, Gallimard, coll « Folio-Essais inédit », 2020.

Froidevaux-Metterie Camille, La Révolution du féminin, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des sciences humaines », 2015.

Gauthier Xavière, « Il y a comme des cris, mais silencieux » (entretien avec Marguerite Duras), Tel Quel, n° 58, « Luttes de femmes », été 1974, p. 97-99. 

—, « Marguerite Duras et la lutte des femmes », Le Magazine littéraire, n° 158, mars 1980, p. 16-19. 

—, « Lettre à Marguerite Duras », Lunes, n° 6, 1999 (texte reproduit dans B. Alazet et C. Blot-Labarrère (dir.), Marguerite Duras, Paris, Éd. de l’Herne, « Les Cahiers de l’Herne », n° 86, 2005, p. 81-82).

Horer Suzanne et Socquet Jeanne, La Création étouffée, Pierre Horay, 1973 (entretien avec Marguerite Duras, p. 172-187).

Husserl-Kapit Susan, « An Interview with Marguerite Duras » (entretien réalisé en octobre 1973), Signs :  Journal of Women in Culture and Society, vol. I, n° 2, 1975, p. 423-434.

Marini Marcelle, Territoires du féminin avec Marguerite Duras, Paris, Minuit, coll. « Autrement dites », 1977.

« Les nouveaux féminismes », Pouvoirs, n° 173, juin 2020, [en ligne], disponible sur https://www.revue-pouvoirs.fr/-173-Les-nouveaux-feminismes-.html, consulté le 6 janv. 2023.

« Les récits des différences sexuelles » (textes réunis et présentés par B. Alazet et M. Calle-Gruber), Revue des Lettres Modernes, série « Marguerite Duras », n° 1, Paris, Minard, 2005.

Naudier (Delphine), « L’écriture-femme : enjeu esthétique, enjeu entre générations, enjeu de femmes », p. 143-160, in Michel Einfalt et Joseph Jurt (dir.), Le Texte et le contexte : analyses du champ littéraire français (xixe et xxe siècles), Paris-Berlin, MSH – A. Spitz, 2002, 

Piette Valérie (éd.), Witches : histoires de sorcières [catalogue de l’exposition organisée à l’espace Vanderborght du 17 oct. 2020 au 16 janv. 2022], Éd. de l’Université de Bruxelles, 2022.

Rodgers Catherine (dir.), Descendances durassiennes : écritures contemporaines, Paris, Passage(s), coll. « Essais », 2021.

Royer Michelle, « Féminisme, écriture féminine et féminin dans la parole publique de Marguerite Duras », p. 149-155, in E. Ahlstedt et C. Bouthors-Paillart (dir.), Marguerite Duras et la pensée contemporaine, op. cit.

Thébaud Françoise (dir.), Le Vingtième siècle [1992], t. v, in Michelle Perrot et Georges Duby, Histoire des femmes en Occident, Paris, Perrin, « Tempus », 2002.

Vallier Jean, C’était Marguerite Duras (t. ii), Paris, Fayard, 2006.

Van Rossum Françoise, « Sur quelques aspects de l’écriture féminine en France aujourd’hui », in Charles Grivel (dir.), Écriture de la religion, écriture du roman, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires de Lille, 1979, p. 211-231.

Williams James S. (dir.), Revisoning Duras: Film, Race, Sex, Liverpool University Press, 2000.



Les propositions de communications (un titre et un résumé), avec une courte bio-bibliographie, ainsi que toutes les demandes de renseignements concernant la journée, sont à adresser à Florence de Chalonge (florence.dechalonge@univ-lille.fr) et Anne Cousseau (anne.cousseau@univ-lorraine.fr) avant le 30 juin 2023.