Agenda
Événements & colloques
Rencontre avec C. Baron sur les rapports entre droit et littérature (Séminaire

Rencontre avec C. Baron sur les rapports entre droit et littérature (Séminaire "Actualité de la recherche", en ligne)

Publié le par Esther Demoulin (Source : Laélia Véron)

Le laboratoire POLEN de l'Université d'Orléans reçoit, dans le cadre de son séminaire mensuel "Actualité de la recherche" (co-organisé par Gaël Rideau et Laélia Véron), Christine Baron, professeure de littérature comparée à l'Université de Poitiers, qui interviendra sur les rapports entre droit et littérature, le jeudi 26 novembre, de 18h à 19h30 en ligne (présentation de l'ouvrage et échanges libres).

Christine Baron parlera notamment de ses derniers ouvrages:

-"Le tribunal du récit; désir de justice et littérature", (publication à venir, toute fin 2022)

-"La littérature à la barre" (2021) "À la littérature, la recherche esthétique, les vies singulières, la langue libérée de toute entrave, la transgression ; au droit, les procédures réglées, les rôles établis, le langage figé, la reconduction de l’ordre.
Rappelant l’imaginaire de l’écrivain hors la loi, né dans le sillage des procès intentés en 1857 à Baudelaire et à Flaubert, cette opposition terme à terme dissimule à quel point droit et littérature ont partie liée.
Car la soif de justice irrigue la littérature au point d’en faire un laboratoire du droit. En retour, les lettres peuvent être convoquées dans le prétoire, les romans participer à la formation des juges. La proximité de ces deux champs se manifeste également dans les débats théoriques qui traversent chacun d’entre eux, sur la place de l’interprétation ou le rôle du contexte. Et la censure elle-même, lieu de confrontation par excellence, tend aujourd’hui à prendre de nouveaux visages.
Explorant les œuvres de Truman Capote et Emmanuel Carrère comme de John Grisham, Juli Zeh, Tanguy Viel ou Franz Kafka, mobilisant des procès récents autant que les philosophes contemporains du droit, cette enquête révèle des solidarités inattendues entre légalité et légitimité, règle et vérité, responsabilité et liberté."

-"Contextes littéraires, émotions judiciaires" (2020). "Au centre du processus judiciaire, les émotions. La littérature, en représentant et en cultivant celles-ci, développerait empathie et pratique compréhensive du jugement. C'est à partir de la nature même du droit, verbe et non émotions brutes, que cette thèse du mouvement « Droit et littérature » est débattue."