Essai
Nouvelle parution
G. Holtz, Paganisme et humanisme. La Renaissance française au miroir de la Vie d'Apollonius de Tyane

G. Holtz, Paganisme et humanisme. La Renaissance française au miroir de la Vie d'Apollonius de Tyane

Publié le par Université de Lausanne

Paganisme et humanisme. La Renaissance française au miroir de la Vie d'Apollonius de Tyane

Grégoire HOLTZ

Droz, 2021

*

58,99 CHF TTC

376 p.

ISBN : 978-2-600-06053-0

*

PRÉSENTATION :

Roman grec composé par Philostrate au IIIe siècle, la Vie d’Apollonius de Tyane suscite chez les humanistes une réaction ambivalente de fascination (pour un sage pythagoricien) et de répulsion (pour un supposé rival du Christ). L’étude de la réception de ce texte, à travers les médiateurs éditoriaux (traducteurs, commentateurs, libraires…) qui le rendent accessible, est l’occasion de scruter un autre visage de la Renaissance : celui de la confrontation de l’humanisme et du paganisme. Pour certains lettrés du XVIe siècle, la Vie d’Apollonius de Tyane n’entre pas dans le cadre commun, qui voit dans les écrits philosophiques de l’Antiquité une propédeutique à la lecture des lettres sacrées (comme pour le platonisme et l’aristotélisme). Condamnée pour son affabulation romanesque comme pour sa nature païenne, la Vie d’Apollonius de Tyane est bien une œuvre sous tension qui amène à s’interroger sur les présupposés et les attentes de l’humanisme.

*

SOMMAIRE :

INTRODUCTION. Apollonius de Tyane au XVIe siècle : la redécouverte d'un magicien antique ? 

Chapitre premier. APOLLONIUS REDÉCOUVERT. DE LA RÉCEPTION ANTIQUE À LA PREMIÈRE TRADUCTION FRANÇAISE (LYON, FRANÇOIS JUSTE, 1537) 

Des premières lectures chrétiennes aux premières éditions imprimées (1501) 

Préambule : de l'Antiquité au XXIe siècle, le fossé des interprétations de la VA

Les ambiguïtés des Pères de l'Église 

La VA oubliée et la légende d'Apollonius au Moyen Âge

La redécouverte de la VA et les éditions rivales de Béroalde et d'Alde (1501)

Premières réceptions humanistes 

Un Apollonius rabelaisien ? La première traduction partielle en français 

Le choix du vernaculaire et de l'anonymat

La fable de la VA 

La VA et les auteurs du réseau François Juste

Lectures fictionnelles : sourire d'Apollonius et s'inspirer de Philostrate

Avant Rabelais : lectures facétieuses de la VA 

Rabelais et la VA : modèle et parodie

Après Rabelais : récritures fictionnelles de la VA

Chapitre II. APOLLONIUS EXEMPLAIRE. DE L'ÉDITION SAVANTE DE DÉSIRÉ JACQUOT (GUILLAUME CAVELLAT, 1555) À LA VIE D'APOLLONIUS COMME « MIROIR DU PRINCE »

L'édition savante de Désiré Jacquot

L'appareil critique de Désiré Jacquot

La VA et L'Âne d'or : le croisement de deux fortunes éditoriales

L'autorité « scientifique » d'Apollonius 

Les écrits des « naturalistes » 

Les voyageurs

La Vie d'Apollonius comme autorité morale : le « miroir du prince » 

Lectures didactiques de la VA

Les « rêveries » et « mensonges » d'Apollonius condamnés par les humanistes

Chapitre III. APOLLONIUS PHILOSOPHE ET BATELEUR. LA TRADUCTION DE THOMAS DE SÉBILLET (1556)

Un « passetemps d'avocat » : Sébillet et la traduction des Anciens Le trajet d'un manuscrit

La VA comme prolongement de l'Art poétique françois : traduction et imitation 

Sébillet « translateur » : la gloire du traducteur et l'effacement de son nom

Une « histoire philosophique » : Sébillet et la légitimation de la Vie d'Apollonius

Une justification philosophique : la VA entre pythagorisme et néoplatonisme 

Philostrate historien ou la justification des merveilles

La « fable » d'Apollonius : légitimation allégorique de la VA 

La légitimation ludique de la VA : de la critique des romans médiévaux à l'affirmation d'un Apollonius bateleur

Chapitre IV. APOLLONIUS « GAULOIS ». L'ILLUSTRATION DE LA LANGUE FRANÇAISE : LA TRADUCTION DE BLAISE DE VIGENÈRE (PARIS, ABEL L'ANGELIER, 1599)

Un « auteur maison » : la traduction de la Vie d'Apollonius par Vigenère chez L'Angelier

Vigenère et la tradition de l'occultisme 

La francisation d'un « classique » de la Seconde Sophistique 

Vigenère et les autres traducteurs à l'oeuvre : une comparaison des trois versions françaises de la Vie d'Apollonius (1537 ; 1556 ; 1599)

Un lecteur déçu par la traduction de Vigenère : le magistrat Claude Expilly 

Chapitre V. APOLLONIUS MORALISÉ. LA RÉÉDITION COMMENTÉE PAR ARTUS THOMAS (PARIS, VEUVE L'ANGELIER, 1611) 

La réédition de la Vie d'Apollonius dans le contexte de la Contre-Réforme

Artus Thomas et Fédéric II Morel : la traduction révisée de la Vie d'Apollonius et sa mise en page 

Un commentaire encyclopédique pour étouffer « la Philosophie Payenne »

L'autorité du commentateur : de l'autonomie de la glose à l'insertion du prêche 

La fable en question : l'erreur des Anciens et la rédemption par le style

CONCLUSION. Croire en Apollonius ? La déification du sage, un rêve de la Renaissance