Agenda
Évènements & colloques
Le monde en images

Le monde en images

Publié le par Florian Pennanech (Source : Jacqueline Bel)

Colloque "Le monde en images"

3-4-5 novembre 2001
Université du Littoral Côte d'Opale

Boulogne-sur-Mer

 

Selon Hegel, tout art porte en lui le besoin de produire une « représentation, une idée à partir de l’esprit » dans le but de communiquer – à l’instar du langage. Il entreprend donc une classification des arts. L’architecture, soumise à la pesanteur de la matière, s’oppose à l’esprit.  La sculpture porte en elle cette lutte de l’esprit avec le matériau et avec les formes organiques. Viennent ensuite les arts formant « l’intériorité du subjectif », à savoir la peinture, la musique, puis la rhétorique qui forme avec la poésie « le seul art absolu et véritable de l’Esprit et de son expression en tant qu’Esprit même ». Au cours du XIXe siècle, d’autres théoriciens de l’esthétique allemands y ajoutent la danse comme sixième art.

En France, Henri Frescourt reprend cette classification et l’applique à l’art cinémato-graphique. Son Manifeste du septième art (1923) scelle la reconnaissance du cinéma. Après la Seconde Guerre mondiale suivent la radio et la télévision. Entre 1964 et 1967, Pierre Vankeer et Maurice de Brévère alias Morris publient dans Spirou une rubrique intitulée Neuvième art avec pour sous-titre Musée de la bande dessinée. La course entre les arts pour le dixième ou onzième rang paraît encore ouverte bien que la vidéo et le numérique soient en bonne position…

« Le Monde en images » se propose de retracer les formes de représentation narrative à travers l’image. Cela inclut (1) une dimension historique qui pourra par exemple remonter à Lascaux ou aux civilisation égyptienne, grecque… sans pour autant perdre de vue d’autres cultures, aux tapisseries de Bayeux et aux peintures murales depuis le Moyen Âge, (2) la sémiotique de l’allégorie jusqu’au message publicitaire, (3) des aspects didactiques, (4) les écrits tournés, « seul art absolu et véritable de l’Esprit » (Hegel) face au défi lancé par l’image faisant, par le biais de la bande dessinée, incursion dans le domaine du roman. Ce sont des dénominations telles que roman graphique (de l’anglais graphic novel) ou BD littéraire qui suggèrent une transgression des genres visant la reconnaissance d’un nouvel art. Ce colloque s’attachera à montrer comment les arts, l’image et la parole se combinent pour produire un récit. Ceci peut inclure d’autres formes de transgression comme la caricature, le roman-photo ou le passage de la bande dessinée – qui doit beaucoup à l’esthétique de l’art cinématographique – au dessin animé. Dans l’esprit de pluridisciplinarité, littéraires, civilisationnistes, historiens et historiens d’art, musicologues, sociologues et scientifiques,… ont été invités à participer à ce colloque.