Essai
Nouvelle parution
Florence Dupont, Histoire littéraire de Rome. De Romulus à Ovide. Une culture de la traduction

Florence Dupont, Histoire littéraire de Rome. De Romulus à Ovide. Une culture de la traduction

Publié le par Marc Escola

Rome, dont la langue de culture fut d’abord le grec, aurait pu être un empire hellénistique comme celui du macédonien Alexandre et les lettres latines ne jamais exister. Par la création et la pratique sociale des « lettres latines », Rome s’est démarquée des autres sociétés antiques, en s’identifiant à sa langue, politique, le latin, dont l’origine reste mystérieuse.

La République romaine a ainsi édifié sa propre culture littéraire – mixte, ajoutant le latin au grec – et développé en latin toutes les formes de la culture classique grecque : le théâtre, la poésie, la philosophie, l’histoire, l’éloquence et l’art de la conversation.Cette vision très concrète de l’histoire des lettres latines comme processus, en relation avec l’affirmation progressive d’une identité latine de Rome à partir du IIIe siècle avant J.-C., conduit l’auteur à une relecture décapante des principaux textes latins antiques.

À l’opposé d’une histoire de la « littérature latine », sous-tendue par la conception romantique de la littérature comme expression spontanée du génie national sous la figure de l’écrivain, l’auteur propose, de Romulus à Ovide, une histoire littéraire de Rome, comme il en existe une histoire militaire ou politique.

Lire un extrait…

Sommaire

Littérature latine, belles Lettres, latinae litterae.
ROME ET LES LETTRES LATINES
Ethnopoétique des litterae latinae.
Les Romains font du latin un autre grec (De Romulus à Auguste).
«  Romulus parlait grec  ».
Les hellénismes de Rome.
Écriture, langue et identité.
La fabuleuse histoire du latin.
Qui fut le premier auteur latin  ?
L’autre langue  : Caton et les grammairiens.
De Caton à Virgile  : l’extension des litterae latinae.
TEXTES ET AUTEURS
Caton, l’érudition aristocratique.
Plaute et Térence, des comédies grecques en latin.
Lucrèce, une matière épicurienne.
Catulle, les jeux de l’amour et de la haine.
Salluste, le premier Thucydide latin.
César, mémoires de guerre.
Cicéron, l’orateur absolu.
Cornelius Nepos, les premières vies parallèles.
Horace, de la poésie mélique en latin.
Virgile, des hexamètres glorieux.
Ovide, un explorateur égaré.
Properce et Tibulle, l’élégie dans tous ses états.
Tite Live, mythographe ou historien politique  ?
Varron, un polygraphe déchaîné.
Vitruve, un théoricien de l’architecture.

On peut lire sur nonfiction.fr un article sur cet ouvrage :

"Comment les lettres latines se sont constituées", par Jean-Patrick Géraud en ligne le 18 septembre 2022

Et écouter sur FRANCE CULTURE  Les matins d’été : "Redonner vie au latin, avec Florence Dupont, latiniste". Ecouter l’interview…