Agenda
Évènements & colloques
Colloque international:

Colloque international: "Fiction / Non-fiction en Amérique Latine et dans la Caraïbe"

Publié le par Université de Lausanne (Source : Quintana)


 

COLLOQUE INTERNATIONAL « Fiction/ Non-fiction en Amérique Latine et dans la Caraïbe »


UNIVERSITE DE POITIERS / CRLA-Archivos

BENEMERITA UNIVERSIDAD DE PUEBLA

PONTIFICIA UNIVERSIDAD CATOLICA DE CHILE



Les notions de fiction et de non-fiction déterminent depuis une vingtaine d’années l’approche des “écritures du présent” (Ludmer, 2010) en Amérique Latine et dans la Caraïbe, en lien avec “l’histoire immédiate” (Soulet, 2012) et, plus largement, avec les faits et la réalité. Ce que certains ont identifié dans les années 2000 comme un “virage documentaire” (Nash, 2014) nous invite à repenser les liens entre fiction et non-fiction au-delà du périmètre marqué génériquement par le poids et le rôle qu’a eu le roman historique. Cette étiquette est peut-être même devenue obsolète tant elle est liée à une forme d’écriture qui a accompagné et consolidé, au dix-neuvième siècle, l’expression d’une subjectivité nationale en Amérique Latine. Au vingtième siècle, dans les années quatre-vingt-dix, c’est le nouveau roman historique qui a fait son apparition pour nourrir, bien souvent, une réflexion sur la postmodernité.

Ce que les notions de fiction et de non-fiction mettent en avant c’est surtout le lien avec le document, qui ne serait plus vu comme une simple source d’informations passive consultée en amont du travail de création mais deviendrait partie intégrante de l’œuvre tout en faisant l’objet d’une lecture critique. Dans cette optique, plusieurs étiquettes sont venues supplanter celle de roman historique : “narrations documentaires” (Ruffel, 2012), “littératures factuelles” (Jeannelle, 2007), ou encore “romans sans fiction” (Volpi, 2018).

Le statut même des archives a été l’objet d’une mise en tension par la création littéraire. Des archives médicales de l’hôpital psychiatrique de La Castañeda, par exemple, la Mexicaine Cristina Rivera Garza en a d’abord eu une approche scientifique pour son travail de thèse en Histoire ; elle y a puisé en effet une information précieuse sur les conditions d’enfermement des malades, à Mexico, au début du vingtième siècle. Dans un deuxième temps, elle y a vu un matériel littéraire exploitable pour son roman Nadie me verá llorar (1999) en s’intéressant au statut de co-auteurs de ceux qui les écrivent, à savoir, les médecins et les malades, attendu que les premiers rédigent leurs diagnostics à partir du récit de leurs patients.

Le document comme source active et littéraire a été utilisé de façon sans doute plus systématique et significative par la Génération de la Post-mémoire du Cône Sud. De nombreux écrivains en effet se sont intéressés à l’écriture d’une mémoire “médiatisée” (Hirsh, 2008) pour dire, depuis le présent, le traumatisme du passé dictatorial qu’ils ont vécu comme témoins, au second plan, alors qu’ils étaient des enfants ou des adolescents. Cette écriture de la mémoire collective, personnelle et familiale, devient littéralement ce “tissu de citations” théorisé par Barthes lorsqu’en 1968 il déclare avec fracas “la mort de l’auteur”. Ce tissu et tissage de la Post-mémoire croise de façon hasardeuse de nombreux fils (souvenirs personnels, mémoire parentale, données d’archives) chez un grand nombre d’auteurs représentatifs d’un fait générationnel (Patricio Pron, Laura Alcoba, Nona Fernández, Selva Almada, Alejandro Zambra, Marta Dillon).

En lien avec la Génération de la Post-mémoire du Cône Sud, la littérature brésilienne affiche des résonances singulières dans le traitement du document historique comme matériau littéraire. Le roman Azul-corvo (2010) d’Adriana Lisboa utilise une mémoire “médiatisée” pour raconter l’épisode historique de la Guerrilha do Araguaia à partir d’extraits de l’ouvrage Operação Araguaia (2005), travail d’enquête journalistique reprenant des témoignages de militaires impliqués dans cette guérilla. Certains historiens brésiliens ont eux-mêmes revisité l’histoire à partir du discours fictionnel, transformant ainsi leurs textes littéraires en une source documentaire effective, accessible à un large public. C’est le cas des historiennes Mary Del Priore et Guiomar de Grammont qui procèdent à une réappropriation littéraire du discours historique dans leur œuvre ; la première, dans les romans O Príncipe maldito (2007) et Beija-me onde o sol não alcança (2015), et, la seconde, dans Palavras Cruzadas (2015).

Le concept de “réalitéfiction” théorisé par Josefina Ludmer dans América latina, una especulación (2000) donne tout son sens à l’approche transversale d’un large corpus que l’on retrouve dans l’aire latino-américaine dans son ensemble.

Si ce sont les littératures plurielles d’Amérique Latine qui seront au cœur de cette manifestation scientifique, l’aire de la Caraïbe y trouvera également sa place. En effet, dans les littératures francophones de la Caraïbe, le rapport au document et à la narration de l’histoire n’a cessé d’être questionné par les voix antillaises d’Aimé Césaire, Maryse Condé, Raphaël Confiant ou Patrick Chamoiseau, avec la même visibilité que dans l’aire latino-américaine, pour révéler bien souvent la complexité sociale et politique des sociétés issues de la colonisation. A travers des exemples de la littérature haïtienne, où la tradition orale du conte et de la poésie occupe une place de choix, on pourra s’interroger sur la façon dont certains écrivains forgent une forme de parole documentaire dans des romans contemporains qui mêlent fiction et non-fiction (Antoine des Gommiers, Lyonel Trouillot, 2021).

            En dernier lieu, la réflexion sur l’utilisation active et créative de documents en littérature nous invite à nous interroger sur la possibilité de penser le texte littéraire lui-même comme un document. Ivan Jablonka développe cette hypothèse dans ses travaux sur l’histoire vue comme une pratique discursive avant tout (L’histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales, 2014). Il établit ainsi les différents points de jonction où se retrouvent histoire et littérature  : 

Ici se situe le point de jonction entre histoire et littérature. Avant d’être une discipline universitaire, l’histoire est un voyage dans le temps et dans l’espace, une enquête fondée sur un raisonnement ; la littérature, sans avoir besoin de s’inféoder à la fiction, est un travail sur la langue, une construction narrative, une voix singulière, une émotion, une atmosphère, un rythme, une échappée vers un ailleurs, ainsi qu’un canon façonné par les institutions. (Jablonka, 2014 : III). 

 
Ces “points de jonction” évoqués par Jablonka entre différents domaines soulignent l’aspect interdisciplinaire du sujet proposé à l’étude et nous invitent à réévaluer nos outils d’analyse littéraire en les confrontant à ceux des sciences sociales, des sciences politiques ou de l’histoire, pour aborder les œuvres littéraires qui jouent, à des degrés divers, avec les potentialités de la fiction et de la non-fiction. 
 

Axes thématiques

L’entre-deux journalistique et littéraire 

Récits et faits divers 

Chronique et journal intime

Les fictions de la Post-mémoire

La prose mémorialiste et la littérature documentaire

La fiction dans le discours poétique : une discussion en cours

Frontières entre la réalité et la fiction dramaturgique

Poétique et travail d’archives

Les fictions spéculatives

La littérature comme document


Bibliographie critique

Aguiar Flávio et al. (org.). Gêneros de fronteira. Cruzamentos entre o histórico e o literário, São Paulo, Xamã, 1997. 

Areco Morales, Macarena y Moreno Turner, Fernando. ”Introducción. Imaginarios sociales en la ciencia ficción latinoamericana reciente: espacio, sujeto-cuerpo y tecnología”, Mitologías Hoy, vol. 22, dic. 2020, pp. 11-13.
 
Barreto, Lima. Diário do Hospício/ Cemitério dos Vivos, São Paulo, Cosac Naify, 2010.

Bessière, Jean. « Littérature : l’œuvre document et la communication de l’ignorance d'une archéologie (Daniel Defoe) et d'une illustration (Norman Mailer) », Communications, n° 79, 2006, pp. 319-335.                                             

Certeau (de), Michel. L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975.

Chiappini, Lígia & Aguiar, Flávio (orgs.). Literatura e história na América Latina, São Paulo, Edusp, 1993.

Chimal, Alberto. “Los mundos de la imaginación”, albertochimal.com, 6 de febrero de 2020.  Page consultée le 21.04.2021.

Cohn, Dorrit. Le Propre de la fiction, Paris, Seuil, 2001. Traduction française de : The Distinction of Fiction, Baltimore, London, John Hopkins University Press, 1999.

Drucaroff, Elsa. Los prisioneros de la torre. Política, relatos y jóvenes de la postdictadura, Buenos Aires, Planeta, Emecé, 2011.

Farge, Arlette. « Penser et définir l’événement en littérature », Terrain, n° 38, mars 2002, pp. 67-78.

Farge, Arlette. Le Goût de l’archive, Paris, Seuil, 1989.

Figueiredo, Eurídice. A literatura como arquivo da ditadura brasileira, Rio de Janeiro, Viveiros de Castro Editora, 2017.

Gamerro, Carlos. “Tierra de la memoria”, Radar Libros, Página 12, 10 de abril de 2010.

Genette, Gérard. « Récit fictionnel et récit factuel », Fiction et diction, Paris, Seuil, 1991, pp. 65-93.

González, Aníbal. “Nuevísimos: truth and authenticity in Latin America’s New Twenty-First, Century Literature”, Review: Literature and Arts of the Americas, 2018.

Goldchluk, Graciela et Pené, Mónica G. (Editoras). Palabras de archivo, Ed. UNL y CRLA Archivos, 2013.

Grammont, Guiomar de, Palavras Cruzadas, Rio de Janeiro, Editora Rocco, 2015.

Hirsch, Marianne. “Family Pictures: Maus, Mourning, and Post-Memory”, Discourse, vol. 15, n°2, 1992-1993, pp. 3–29. 

Hirsch, Marianne. Family Frames: Photography, Narrative, and Postmemory, Cambridge, Harvard University Press, 1997.  

Hirsch, Marianne. “The generation of postmemory”, Poetics Today, vol. 29 n°1, 2008, pp. 103-128.

Jablonka, Ivan. L’histoire est une littérature contemporaine, Paris, Seuil, 2014.

____________ Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus, Paris, Broché, 2012.

Jameson, Frédéric. “O romance histórico ainda é possível?”, Novos Estudos, CEBRAP (77), 2007, pp. 185-203.

Jeannelle, Jean-Louis. « Littératures factuelles : les problèmes », Atelier Fabula, mars 2007. Page consultée le 21.04.2021.

Jitrik, Noé. Historia e imaginación literaria: las posibilidades de un género, Buenos Aires, Biblos, 1995.

Lopes Cançado, Maura. Hospício é deus e O sofredor do ver, São Paulo, Autêntica, 2015.

Louis, Annick. « Ce que l’enquête fait aux études littéraires : à propos de l’interdisciplinarité »,  Fabula / Les colloques, septembre 2013. Page consultée le 21.04.2021.

Ludmer, Josefina. Aquí, América latina, Buenos Aires, Eterna Cadencia Editora, 2010.

Milanesi, Claudio et Barrientos Tecún Dante. Territoires de la non fiction, Revue du CAER (Cahiers d’études romanes), 2019. https://journals.openedition.org/etudesromanes/8826

Montalbetti, Christine. La fiction, Paris, Flammarion, 2001. 

Nash, Mark. “Reality in the Age of Aesthetics”, Frieze, n° 114, April 2008.

Oropeza Prada, Renato. El discurso testimonio y otros ensayos, México, UNAM, 2001. 

Palma Castro, Alejandro. “La utilidad de la ficción en la poesía. Un recorrido inútil”, Letras & Letras, vol. 35, n°1, ene.-jul. 2019, pp. 1-18. 

Porzecanski, Teresa. “Ficción y fricción de la narrativa de imaginación escrita dentro de fronteras”, Represión, exilio y democracia: la cultura uruguaya, Saúl  Sosnowski y Louise Popkin comps., Montevideo, Banda Oriental, 1987, pp. 221-230.

Parisot, Yolaine et Pluvinet, Charline. « Avant-propos : Force et vertu de la fiction face à l’histoire immédiate. Pour un récit transnational du temps présent », Pour un récit transnational. La fiction au défi de l'histoire immédiate, Rennes, PUR, 2016, pp. 7-18.

Pozuelo Yvancos, José María. “Estructura y pragmática del texto lírico”, La teoría del lenguaje literario, Madrid, Cátedra, 1988, pp. 195-225. 

Quintana, Cécile et Coudassot, Sabine (Eds.). Ficción-no ficción del 68 en México, México, Ed. Eón, 2019.

Reisz, Susana. “Cuando lo fantástico se infiltra en la poesía: hipótesis sobre una relación improbable”, (Re)Visões do Fantástico: do centro às márgenes; caminhos cruzados, Ed. Flavio García et al, Río de Janeiro, Dialogarts, 2014, pp.173-194.

Reisz, Susana. “Poesía y ficción”, Teoría literaria. Una propuesta, Lima, Pontificia Universidad Católica del Perú, 1989, pp. 191-227. 

Ricœur, Paul. La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000.

Ricœur, Paul. « Archives, document, trace », Temps et récit III. Le temps raconté, Paris, Seuil, 1985, pp. 212-228.

Rivera Garza, Cristina. Los muertos indóciles, México, Tusquets, 2013.

Rodríguez, Antonio. Le Pacte Lyrique, Sprimont, Mardaga, 2003.

Ruffel, Lionel. « Un réalisme contemporain : les narrations documentaires », Littérature, nº 166, juin 2012, pp. 13-25.

Saer, Juan José. El concepto de ficción, Buenos Aires, Seix Barral, 2014.

Samoyault, Thiphaine. « Du goût de l’archive au souci du document », Littérature, nº 166, 2012, pp. 3-6.

Sheringham, Michael. “Memory and the archive in contemporary life writing“, French Studies, vol. LIX, nº 1, 2005, pp. 47-53.

Sheringham, Michael. « La figure de l’archive dans le récit autobiographique contemporain », Lendemains, nº 107/108, 2002, pp. 25-41.

Soulet, Jean-François. L’histoire immédiate : Historiographie, sources et méthodes, Paris, Armand Collin, 2012.

Verani, Hugo. “Narrativa uruguaya contemporánea: periodización y cambio literario”, Revista Iberoamericana, vol. LVIII, n° 160-161, jul.-dic.1992, pp. 777-805.

Viart, Dominique. « Les Littératures de terrain », Revue de Fixxion française contemporaine, n°18, 2019, pp. 1-13.

Viart, Dominique. « Les Littératures de terrain », En attendant Nadeau, hors-série n° 4, 6 août 2019.

Young, James. At memory’s Edge: after-images of the holocaust in contemporary art and architecture, New Haven, Yale University Press, 2000.

Zenetti, Marie-Jeanne et Bloomfield, Camille. « Écrire avec le document : quels enjeux pour la recherche et la création littéraire contemporaine ? », Littérature, n°166, 2012, pp. 7-12.

Zenetti, Marie-Jeanne. Factographies, L’enregistrement littéraire à l’époque contemporaine, Paris, Classiques Garnier, 2014.

Appel à communication

Adresse d’envoi des propositions : coloquio.ficcion.no.ficcion.2022@gmail.com  

1)    Titre de la communication, nom, prénom de l’auteur 

2)    Statut de l’auteur, établissement de rattachement 

3)    Fiche académique de l’auteur (5 lignes)

4)    Résumé de la communication 10 lignes – 3 concepts-clés

Date limite d’envoi de propositions de participation : 15 mai 2022
Évaluation des propositions et réponse du comité́ organisateur : 15 juin 2022 

Langues de communication : espagnol, français, portugais.