Acta Fabula
ISSN 2115-8037

DOSSIER CRITIQUE n°46

2017Juin 2017 (volume 18, numéro 6)
titre du numéro

Poésie partout

Si Isidore Ducasse nous a appris que « la poésie doit être faite par tous », on découvrira ce mois-ci dans Acta Fabula que la poésie peut être faite partout, et principalement hors du livre. Dans le droit fil du numéro que LHT vient de consacrer à « Un je-ne-sais-quoi de poétique », le dernier dossier critique d’Acta invite, dans tous les sens du terme, à excéder la poésie. Ainsi la voit-on tour à tour investir la science au XIXe siècle, comme en témoigne l'anthologie dirigée par Hugues Marchal, puis se mesurer au cinéma dans le livre de Nadja Cohen, se diffuser par les ondes et le disque à travers l’analyse de Céline Pardo, se proposer comme un ready-made que Gaëlle Théval rattache au modèle duchampien, ou même se revendiquer comme une forme d’antipoétique à travers la pratique de la copie, défendue et illustrée par Kenneth Goldsmith dans Uncreative writing. Poésie partout ? Ce qui est sûr, c’est que le poétique, depuis plus d’un siècle, irrigue de nombreuses pratiques culturelles allant des expérimentations de l’avant-garde aux productions des mass media.

(Illustration © Ian Hamilton Finlay, Little Sparta)