Essai
Nouvelle parution
M. Decout, Pouvoirs de l'imposture

M. Decout, Pouvoirs de l'imposture

Publié le par Emilien Sermier

Compte rendu publié dans Acta fabula par Irina De Herdt :

« De l’imposture dissimulée à la simulation d’enquête »

 

Maxime Decout

Pouvoirs de l'imposture

Éditions de Minuit, "Paradoxes", 2018

2018
192 pages
ISBN : 9782707344847
19.00 € 

 

Présentation de l'éditeur:

Mentir à un ami, lorgner sur le jeu de son adversaire, bluffer, donner le change, en conter, maquiller son existence, se faire passer pour un autre : la tentation est grande. Nombreux sont ceux qui, dans ce livre, y succomberont pour vous.
Vous y découvrirez que l’imposture est orgueil, folie, maladie mais aussi transgression et bravoure. Telle la singulière révélation de la littérature au sujet des pouvoirs de l’imposture. Vous apprendrez ainsi ce qui lie l’imposteur et l’enquêteur, comment le désir de se travestir et celui de savoir épousent des logiques proches. Vous verrez surtout ce que les œuvres font de cette imposture, comment elles s’y adonnent pour piéger leurs plus méritants lecteurs. En chemin, vous ferez de surprenantes rencontres aux côtés de Poe, James, Borges, Nabokov, Robbe-Grillet, Butor, Perec, Vila-Matas : des psychanalystes trompés ou meurtriers, des joueurs d’échecs névrosés, des puzzles dont les pièces ne s’emboîtent pas, des labyrinthes sans issue, des tricheurs et des beaux parleurs, des Sherlock Holmes qui déraisonnent, mais aussi quelques manuscrits assassins à ne pas mettre entre toutes les mains. Assurément, vous survivrez à toutes ces embûches, mais vous n’en sortirez peut-être pas indemne.

Table des matières...

Lire les premières pages...

*

On peut lire sur Diakritik.com un article sur cet ouvrage :

"Goût de l’imposture, désir d’enquête", par M. Kieffer.

Sur nonfiction.fr :

"La littérature est toujours policière", par S. Chaudier.

Sur en-attendant-nadeau.fr:

"La littérature contre-enquête", par Françoise Marti

S’agit-il par ce titre, Pouvoirs de l’imposture, de démasquer quelque dessous historique, quelque manipulation odieuse, de dévoiler un scoop politique ? Ce serait méconnaître Maxime Decout qui creuse son sillon après deux autres livres dans le même domaine, En toute mauvaise foi et Qui a peur de l’imitation ?. Il nous entraîne ici dans une visite guidée des arcanes de l’imposture littéraire. Car, l’ignoriez-vous ?, « la littérature ment », et ment de tant de manières depuis Homère au moins, qu’il est temps de se livrer, sous le patronage d’Hermès, à quelque herméneutique pour démasquer les mystifications.

Et sur laviedesidees.fr:

"Plaisir de se mentir" par Christophe Reig (en ligne le 31 janvier 2019)

Et si notre croissant désir de fiction avait pour moteur un goût de l’imposture ? Maxime Decout mène l’enquête, et révèle quelle puissance ludique – mais aussi didactique et morale – recèle la littérature, des classiques du roman policier aux mondes virtuels.