Actualité
Appels à contributions
Les premiers romans d'Elie Wiesel (Paris)

Les premiers romans d'Elie Wiesel (Paris)

Publié le par Marc Escola (Source : Sandrine Szwarc)

Appel à communication pour la journée d’études autour de l’oeuvre littéraire d’Élie Wiesel qui se tiendra le mardi 25 avril 2023 (de 10h à 12h, puis de 14h à 16h) à l’Institut universitaire d’études juives Élie Wiesel, en collaboration avec l’Université de Tübingen, l’Université de Potsdam et la « Luxembourg School of Religion & Society », partenaires du Centre de recherche Élie Wiesel. Les communications d’une vingtaine de minutes, retenues par le comité scientifique, seront publiées dans un ouvrage collectif. Cette journée d’études s’inscrit dans un projet international d’édition des oeuvres de Wiesel.

Argumentaire

Le parcours d’Élie Wiesel (1928-2016), éclaireur de conscience, explique l’élaboration de sa pensée. Témoin de l’échec de la modernité incarné par la Shoah, à son oeuvre de romancier et de poète répond sa réflexion, trop souvent éludée, d’un intellectuel juif à la formation complexe : mosaïque et universelle, talmudique et philosophique. Les étapes de sa vie sont à cet effet éclairantes. De son enfance hassidique passée dans le shtetl de Sighet disputé entre la Hongrie et la Roumanie, il conserva un amour sans borne pour le Talmud, le goût des commentaires sans fin et de la parole des sages dans laquelle il a été bercé. De l’horreur concentrationnaire et de la perte de nombreux membres de sa famille (notamment ses parents et sa petite soeur) dont témoigne La nuit, a émergé un nouvel Élie Wiesel. Il a parachevé sa formation grâce à l’OSE qui l’accueillit avec « Les enfants de Buchenwald » en France et lui permit de suivre des études de philosophie à la Sorbonne. Il questionna sa foi de l’intérieur même de sa foi dont il ne pouvait se défaire par fidélité à ses aïeux : une ambivalence qui s’exprime pleinement dans son oeuvre. Ce doute a résonné chez de nombreux survivants qui se sont reconnus dans ses questionnements, et a fasciné bien des lecteurs.

Devenu citoyen américain, Élie Wiesel devint alors le modèle d’une conscience juive universelle dont les enseignements à tirer d’une vie chahutée étaient multiples. Il démontra notamment la vocation juive à éclairer la conscience occidentale. « Plus le juif est juif, et plus il sert ceux qui, autour de lui, ne le sont pas », dira-t-il notamment au Colloque des intellectuels juifs de langue française. Il y explicita également la signification de l’échec de la modernité incarnée par la Shoah : « Les chrétiens ont tué leur dieu en voulant tuer le juif. En tuant des Juifs, l’humanité a tué plus que des Juifs ; l’holocauste a marqué plus que ses victimes ; en un certain sens, la société s’est donnée la mort à Auschwitz. ».

Cette journée d’étude portera sur l’œuvre littéraire d’Elie Wiesel, et en particulier sur ses premiers romans, dans une perspective interdisciplinaire. Il s’agira d’appréhender ses écrits selon des regards et des approches plurielles, dans le but d’en saisir la complexité, et de renouveler la réception littéraire de cette oeuvre qui demeure peu étudiée.

Calendrier et modalités de soumission

Les propositions sous forme d’un résumé de 2000 à 5000 signes (hors bibliographie), comprenant un titre, une problématique, le nom de l’auteur et son affiliation institutionnelle sont à envoyer avant le 1er janvier 2023 à :
s.szwarc@instituteliewiesel.com.

Projet de recherche sur Elie Wiesel : https://www.lsrs.lu/fr/research/elie-wiesel-l-oeuvre-litteraire-edition-interpretation-diffusion