Revue
Nouvelle parution
Littératures, n° 86 :

Littératures, n° 86 : "L'ombre de Proust et de Faulkner dans la littérature de langue française (XXe-XXIe)"

Publié le par Maxime Berges

Certains écrivains apparaissent comme des inspirateurs plus essentiels que d’autres pour les générations suivantes. Tels sont Proust et Faulkner, grands romanciers du temps, de la mémoire, de la sensation, mais aussi grands inventeurs de formes. Leur fortune fut pourtant différente, le premier étant, dans les années 1930 et l’après-guerre, largement déclaré obsolète, bourgeois, voire snob, et n’obtenant sa pleine reconnaissance qu’à partir des années 1970, quand le second était sacré, dès la traduction de Sanctuaire en 1933, et plus encore après 1945, comme la figure majeure du roman américain contemporain, capable de révolutionner la pratique romanesque en la sortant de l’ornière bourgeoise et psychologique.

Cependant, ils finirent par se rejoindre comme des références incontournables de la modernité, l’un et l’autre révélateurs des pouvoirs de la littérature et de ses perspectives de renouvellement. Les études réunies dans ce numéro abordent certains aspects et figures de ce double héritage, sans prétendre à l’exhaustivité, mais en s’attachant à cerner cette ombre portée de Proust et de Faulkner, à la fois inspiratrice et tutélaire, comme une présence-absence qui hante notre littérature.

— 

Dossier : L’ombre de Proust et de Faulkner dans la littérature

de langue française (xxe-xxie siècles)

Introduction

Jean-Yves Laurichesse et Patrick Marot........................................ 9

Proust entre le nihilisme schopenhauerien et le symbolisme schellingien :

un paradoxe esthétique fondateur pour le xxe siècle ?

Patrick Marot..................................................................................... 17

Giono à l’école de Proust

André-Alain Morello....................................................................... 35

Beckett « admirateur » de Proust

Lydie Parisse ........................................................................................ 51

Perec à la lumière de Proust, effacements et résurgences de la mémoire

Julien Roumette................................................................................. 63

Discontinuité et continuité du temps :

l’ombre portée de Proust dans l’œuvre de Jean-Paul Goux

Jean-Yves Casanova........................................................................... 83

William Faulkner et la France : une longue histoire d’amour

Frédérique Spill ................................................................................. 97

Pierre Michon : « cela que j’appelle Faulkner »

Agnès Castiglione............................................................................ 121

Faulkner, Claude Simon et le collectif Inculte

Alastair B. Duncan.......................................................................... 133

L’éclat du réel : de Faulkner à Bergounioux

Olivia Scélo....................................................................................... 149

Pierre Bergounioux, Pierre Michon et Édouard Glissant lisent Faulkner :

quelques notes

Jean Bessière ..................................................................................... 163

Simples d’esprit, « bon[s] en émotion »

Sylvie Vignes..................................................................................... 179

Les deux côtés de Siom : Richard Millet, de Faulkner à Proust

Jean-Yves Laurichesse..................................................................... 193

Varia

Manières de rire : Alfred Jarry

Daniel Grojnowski........................................................................... 217

Comptes rendus.................................................................................. 235

Résumés .............................................................................................. 245

Les auteurs.......................................................................................... 251