Collectif
Nouvelle parution
Justine Huppe, Jean-Pierre Bertrand, Frédéric Claisse (dir.), Réarmements critiques dans la littérature française contemporaine

Justine Huppe, Jean-Pierre Bertrand, Frédéric Claisse (dir.), Réarmements critiques dans la littérature française contemporaine

Publié le par Simona Sala

Autrices et auteurs contemporains ne se reconnaissent plus guère dans les postures manifestaires des avant-gardes ni dans le modèle de l’engagement sartrien. Beaucoup continuent pourtant à parler du monde social, selon des modalités moins « engagées » qu’« impliquées ». Au vocabulaire de la critique et de la politique se serait substitué celui de l’éthique et du social, le texte qui dénonce et attaque à partir d’une position de surplomb ayant fait place à un régime critique plus ouvert, avec gestualités immersives, émotionnelles, individuelles, etc.

Contre ce modèle et ce vocabulaire, les études rassemblées ici se concentrent sur la critique sociale telle qu’elle se perpétue et se ressource en littérature. Elles s’intéressent aux dialogues entre concepts critiques et production littéraire : théories du contrôle dans l’œuvre d’Alain Damasio, pensée queer chez Édouard Louis, enquête et épistémologie des savoirs situés dans le travail d’Annie Ernaux. Elles s’intéressent d’autre part aux médiations spécifiques de cette portée critique :œuvres (Nathalie Quintane, Arno Bertina, Antoine Volodine, Éric Arlix), éditeurs (P.O.L, Questions théoriques), outils et supports (des bandes magnétiques utilisées par Bernard Heidsieck au vocodeur employé dans le rap), protocoles d’écriture (manifeste, recherche-création), méthodes d’enseignement et pratiques d’évaluation.

Avec des textes de Benoît Auclerc, Jean-Pierre Bertrand, Frédéric Claisse, Sonya Florey & Judith Émery-Bruneau, Jean-Marie Gleize, Christophe Hanna & Nancy Murzilli, Justine Huppe, Julien Lefort-Favreau, Siân Lucca, Jean-Charles Massera, Magali Nachtergael, Pierre Schoentjes, Sylvie Servoise, David Vrydaghs et Marie-Jeanne Zenetti.

Justine HUPPE, Jean-Pierre BERTRAND et Frédéric CLAISSE mènent depuis 2015 à l’université de Liège des recherches sur les pouvoirs d’action de et dans la littérature du XXIe siècle. Ils ont dirigé dans cette perspective La Fiction contemporaine face à ses pouvoirs (COnTEXTES, no 22, 2019), Radicalités : contestations et expérimentations littéraires (Fixxion, no 20, 2020) et le colloque « It’s Too Late to Say Critique? » (2019) dont est issu en partie le présent volume.

Sommaire

Jean-Pierre Bertrand, Frédéric Claisse, Justine Huppe : Is It Too Late to Say Critique?

Justine Huppe : Des fantasmes démiurgiques vers un horizon régulateur : pour une appropriation critique de la performativité en études littéraires

David Vrydaghs : La voix satirique de la critique post-exotique : les romans de Lutz Bassmann

Frédéric Claisse : Le « dehors de toute chose » : Alain Damasio en rêve-volte contre les sociétés de contrôle

Pierre Schoentjes : « L'activisme écologique est un art » : Littérature environnementale et engagement

Jean-Marie Gleize : Dans le style de l'attente

Christophe Hanna & Nancy Murzilli : Évaluation générale, l'Agence de notation comme dispositif artistique

Benoît Auclerc : Et l'argent, dans tout ça ? — Les intérêts de la poésie

Magali Nachtergael : Approches technologiques de la poésie et culture matérielle : interactions créatives de la poésie sonore au rap

Siân Lucca : Édouard Louis et le genre Écriture de soi sous influence Queer

Marie-Jeanne Zenetti : Récits situés : épistémologies critiques, savoirs situés et littératures documentaires

Julien Lefort-Favreau : P.O.L : indépendance éditoriale et autonomie artistique

Sylvie Servoise : La littérature contemporaine à l'épreuve de la « démocratie des places »

Sonya Florey et Judith Émery-Bruneau : La littérature de l'extrême contemporain explorée par des lect-acteurs : des conditions pour développer une pensée critique à l'ère néolibérale

Jean-Charles Massera : It’s Too Late to Say Littérature (Aujourd’hui recherche formes désespérément)