Acta Fabula
ISSN 2115-8037

DOSSIER CRITIQUE n°53

2019Mars 2019 (volume 20, numéro 3)
titre du numéro

Clap de fin

« Fini, c’est fini, ça va finir, ça va peut-être finir. Les grains s’ajoutent aux grains, un à un et un jour, soudain, c’est un tas, un petit tas, l’impossible tas. » Cette sublime phrase inaugurale de Fin de partie de Beckett laisse entendre toute l’ambivalence de la question de la fin. Annoncée, désirée mais redoutée, la fin souvent échappe, se forme sans crier gare (« soudain, c’est un tas »), ou se prolonge parfois sans véritable fin.

Comment finir un texte ? Peut‑on le terminer tout à fait ? Peut‑on même le reprendre ? Que signifie « finir » une œuvre littéraire ? En quoi résonne‑t‑elle parfois avec la fin du monde ? Ce sont ces questions intemporelles et infinies auxquelles le dossier d’Acta a choisi de se confronter, à la lumière d’une série de recensions de textes critiques, qui tentent d’y répondre.

 

(Illustration © Constantin Brancusi, La Colonne sans fin, L’Oiseau dans l’espace, I, 1926)