Acta Fabula
ISSN 2115-8037

DOSSIER CRITIQUE n°2

2009Août-Septembre 2009 (volume 10, numéro 7)
titre du numéro

Mémoires & littérature

Acta fabula propose dans sa dernière livraison un dossier critique sur le genre des Mémoires. Plusieurs publications récentes reviennent en effet sur leurs spécificités génériques et les liens qu'ils entretiennent avec la fiction, et plus généralement la littérature. M. Hersant tire les Mémoires de Saint-Simon vers l'Histoire et les désolidarise de la littérature (lire la recension de J.-F. Perrin), quand J.-L. Jeannelle situe les Mémoires du XXe siècle « aux limites de la littérature » (lire la recension de M. Hersant): voilà reposée l'épineuse question des frontières entre diction et fiction. Cette réflexion sous-tend, par ailleurs, l'étude de Chr. Jouhaud, D. Ribard et N. Schapira sur la définition de la matière historique et mémorielle dans Littérature. Histoire. Témoignage, que recense Th. Lanfranchi.  Se trouve ainsi soulignée la nécessaire théorisation de ce genre, dont la définition demeure historiquement extensible. L'ouvrage collectif dirigé par M. Roig Miranda et Pierre Demarolle, recensé par D. Amstutz, propose plus généralement de voir comme dénominateur commun aux différents genres mémoriaux le fait de soustraire certains faits à l'oubli. Un autre ouvrage récent, Moi privé. Moi public, dirigé par R. Wintermeyer, dont L. Depretto propose le compte rendu, s'intéresse plus directement au statut du "je", et analyse le glissement qui s'opère de la sphère publique à la sphère privée. À signaler également, dans ce même numéro d'Acta fabula, la recension par E. Souny d'un ouvrage collectif sur les Dénis de l'histoire dirigé par P. Bayard et A. Brossat, qui interroge le processus de construction de la mémoire et des déformations qu'il induit. Autant de lectures qui nous inviteront donc à questionner nos pratiques mémorielles et à voir que la littérature ne parle jamais mieux de nous que lorsqu'elle conjugue histoire et subjectivité.