Agenda
Évènements & colloques
L’Univers de Gabriela Zapolska : les transferts culturels et la question féminine au tournant des XIXe et XXe s. entre Cracovie, Lwów (Lviv), Varsovie, Paris, la Bretagne et Vienne (Paris)

L’Univers de Gabriela Zapolska : les transferts culturels et la question féminine au tournant des XIXe et XXe s. entre Cracovie, Lwów (Lviv), Varsovie, Paris, la Bretagne et Vienne (Paris)

Publié le par Cassandre Martigny (Source : Piotr Biłos)

L’Univers de Gabriela Zapolska :

les transferts culturels et la question féminine au tournant des XIXe et XXe siècles

entre Cracovie, Lwów (auj. Lviv), Varsovie, Paris, la Bretagne et Vienne,

les 27-28 septembre 2022

(le 27 à l'auditorium du PLC, 65, rue des Grands Moulins, le 28 à l'auditorium Dumézil de la Maison de la recherche au 2 de la rue de Lille)

Écrivaine, dramaturge, reporter et actrice, Gabriela Zapolska a été une grande figure de la vie culturelle polonaise et européenne à la charnière des xixe et xxe siècles (1857-1921). Ses liens avec la France sont nombreux et reposent notamment sur une excellente connaissance de la langue française ainsi qu’un séjour de six années dans l'hexagone entre 1889 et 1895. Zapolska a été fiancée au peintre Paul Sérusier et est montée sur les scènes du Théâtre libre d’Antoine puis du Théâtre de l’Œuvre du symboliste Lugné-Poe. En Pologne mais aussi à Vienne et en Hongrie, sa pièce la plus célèbre reste La Morale de Madame Dulska, traduite en français par Paul Cazin en 1933 (et revue par Cécile Bocianowski en 2011).  

Zapolska est l'auteure de 41 pièces de théâtre, 23 romans, 177 nouvelles, 252 articles de presse parmi lesquels des reportages et des critiques littéraires et artistiques, un scénario, des poèmes et 1 500 lettres.  

L’œuvre et la biographie de Zapolska continuent de nourrir la réflexion des sociologues, historiens, philosophes et bien sûr des spécialistes de littérature et/ou du théâtre (Anna Janicka). Plus récemment, son œuvre a été relue à travers le prisme des courants de la critique gender ou féministe. En effet, parmi les thèmes de prédilection de Zapolska, figurent en bonne place « les divers aspects de la condition de la femme dans une société dominée par les hommes » (Knysz-Tomaszewska) ou encore la peinture à plusieurs niveaux d’une sexualité féminine cantonnée dans le tabou et plus ou moins refoulée et inconsciente. À cela s’ajoutent les efforts récents (Piotr Biłos) qui visent à montrer que le théâtre de Zapolska apparaît comme une étape liminaire dans le développement du théâtre philosophique polonais de la révolte et des conflits sociaux ayant marqué le xxe siècle, représenté par des auteurs tels que Witold Gombrowicz ou Sławomir Mrożek. Précisons en outre que Zapolska a vécu de sa plume. En France, depuis des années, elle a trouvé une fervente propagatrice en la personne d’Elżbieta Koślacz-Virol à qui l’on doit de nombreuses traductions, des lectures publiques et des travaux rédigés en français.   

Notre colloque est le deuxième volet d’un cycle de trois rencontres et vient se placer à la suite du colloque de Białystok qui, pour le centenaire de la mort de l’autrice, avait réuni près d’une vingtaine de chercheurs (les 24-25 septembre 2021, Voir https://filologia.uwb.edu.pl/wp-content/uploads/2021/03/Zaproszenie-Zapolska.pdf) et dont nous espérons retrouver une partie importante à Paris.  

Tout en ambitionnant de rendre accessible en français l’état de la recherche sur Zapolska, sa production littéraire, théâtrale et journalistique, et de donner ainsi l’impulsion à de futures recherches françaises, il s’agira d’approfondir des problématiques telles que :  

– Zapolska et la bohème artistique au tournant des xixe et xxe siècles
– Actrices, écrivaines et artistes polonaises et centre-européennes au tournant des siècles
– L’expérience et la réception du théâtre français dans les œuvres de Zapolska et d’autres écrivaines de l’Europe du Centre-Est.
– Zapolska correspondante de la presse polonaise à Paris
– Les villes de Zapolska : Paris, Lwów (Lemberg/Lviv), Kraków (Cracovie) et autres (certaines régions comme la Bretagne)
– La France et les Français dans la correspondance de Zapolska
– Traduction, réception et adaptations, Zapolska en France : état de l’art, traductions, présence/absence.
– Les idées de Zapolska concernant l’émancipation des femmes par rapport aux conceptions françaises et européennes : peut-on parler d’un modèle?
– Les transferts culturels dans l’œuvre de Zapolska (issus de son expérience directe des réalités européennes)  
– La correspondance des arts (littérature, théâtre, peinture...), des genres (romans, drames, reportages, nouvelles) et des écritures du point de vue par exemple de l’(auto-)adaptation à la scène des romans (tels que Małaszka ou Cathy la Cariatide)  
– Universalité ou atemporalité : par-delà les réalités et les paramètres sociaux de l’époque, les ouvrages de Zapolska abordent des problèmes existentiels et métaphysiques (la question du mal) et suscitent des interrogations esthétiques qui transcendent le contexte de l'époque
– Lien entre révolte morale, pulsions instinctives (de la sexualité notamment) et fatalité  
– Articulation entre féminisme, émancipation des femmes, (éclatement de la) famille, règles sociales  
– Évolution des tendances critiques, nouveaux regards et nouvelles approches  

Le colloque dédié à Gabriela Zapolska est le fruit d’une collaboration entre plusieurs centres universitaires polonais, français (Inalco) et ukrainien.

Sont engagés : Le Département de recherche philologique interdisciplinaire de l’Université de Białystok (Pologne) Le Département numéro 1 de Philologie de l'Académie polonaise des arts et des sciences (Pologne), l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, USPC Université Sorbonne Paris Cité (France), l’Académie nationale des sciences d'Ukraine. Succursale à Lviv (Ukraine)  

Liste des membres du comité d’organisation et/ou du comité scientifique  

Anna Janicka, PU, Université de Białystok
Jolanta Gadek, Fonds d’archives de Podlachie
Piotr Biłos, PU, INALCO, Paris
Jewhen Nachlik, PU, Académie Nationale des Sciences d’Ukraine, Lviv 
Jarosław Ławski, PU, Université de Białystok  
Lucjan Suchanek, PU, Académie polonaise des Arts et Sciences