Acta fabula
ISSN 2115-8037

DOSSIER CRITIQUE n°41

2015Septembre-octobre 2015 (volume 16, numéro 6)
titre du numéro

"Vertus passives" : une anthropologie à contretemps

Lorsque Carlo Ossola, dans En pure perte, fait l’éloge des « vertus passives », il s’inscrit dans le vaste mouvement qui traverse depuis quelques décennies les études littéraires, les ouvrant à un questionnement anthropologique et cherchant à déboucher sur des propositions éthiques. Une telle recherche prolonge la quête de Roland Barthes sur la « déprise » et le « Neutre », ou plus près de nous de G. Agamben ou J.-P. Martin, en tirant de l’étude des textes et des figures littéraires des « vertus » paradoxales, qui déjouent les polarités usuelles de notre monde : une manière de retrait qui soit, en même temps, le point de départ d’une éthique renouvelée. C’est aux diverses manifestations de cette recherche typique de notre époque, mais nourrie à l’étude de la mystique négative ou des sagesses orientales, que les nouvelles livraisons de Fabula LhT et d’Acta fabula sont consacrées, à l'initiative de M. Vernet et A. de Vitry. À travers une série de comptes rendus, d’articles et d’entretiens, à mi-chemin de l’histoire littéraire et de la réflexion contemporaine, on trouvera dans les formes apparentes de la passivité, dans le retrait, le silence ou le repos, la force d’une conversion à une éthique active, ouverte sur le monde. (Illustration © Jacques-Henri Lartigue)