Essai
Nouvelle parution
M. Caraion, Comment la littérature pense les objets. Théorie littéraire de la culture matérielle

M. Caraion, Comment la littérature pense les objets. Théorie littéraire de la culture matérielle

Publié le par Marc Escola

Marta Caraion

Comment la littérature pense les objets

Théorie littéraire de la culture matérielle

Champvallon, coll. Détours, nov. 2020

76 p. — ISBN 979-10-267-0908-4 — 29 €

 

La littérature assure un rôle essentiel dans la constitution d’une pensée critique de la culture matérielle de l’âge industriel. Avant les sciences sociales et la philosophie, les textes littéraires, à partir des années 1830, problématisent les mutations d’une culture matérielle en expansion et l’ébranlement que celle-ci provoque dans l’ordre des catégories existentielles et esthétiques.

Comment la littérature pense les objets présente l’avènement au XIXe siècle d’une véritable culture des objets et la redéfinition majeure des fonctions et des champs d’action de la littérature et des arts qui en découle. En observant les objets sous toutes leurs coutures (sociologique, esthétique, ontologique) le livre pose les bases d’une théorie générale et actuelle des objets, instituée par la fiction.

Parcourir le sommaire…

Lire sur Fabula un extrait de l'introduction de l'ouvrage :

"Pour une lecture matérialiste des objets en littérature"…

Et à l'entrée "Chose" de l'Atelier de théorie littéraire :

"Les objets littéraire comme pensée critique"…

*

Voir la vidéo d'un entretien avec M. Caraion sur la chaîne Youtube de l'Université de Lausanne:

"Une pensée littéraire de la culture matérielle…"

*

Marta Caraion est professeure de littérature française à l’Université de Lausanne où elle dirige un projet de recherche sur les rapports entre littérature et culture matérielle du XIXe au XXIe siècle subsidié par le FNS. Elle a dirigé le volume collectif Usages de l’objet. Littérature, histoire, arts et techniques, XIXe-XXe siècles (Champ Vallon, 2014) et publié Pour fixer la trace. Photographie, littérature et voyage au milieu du XIXe siècle (Droz, 2003).

*

Voir le livre sur le site de l'éditeur…

*

On peut lire sur en-attendant-nadeau.fr un article sur cet ouvrage :

"Les objets comme sujet", par Thierry Bonnot (en ligne le 23 juin 2021)

Dans un sketch représenté en mai 1920, « Vous m’oublierez » [1], André Breton incarnait un parapluie, Philippe Soupault une robe de chambre et Paul Éluard une machine à coudre. L’écriture automatique des surréalistes marquait-elle le sommet loufoque de la personnification des objets inaugurée par le roman du XIXe siècle ? C’est bien cette littérature du siècle de la révolution industrielle qui a installé les objets matériels dans le récit, comme le montre Marta Caraion, éminente spécialiste de la question, dans la somme (près de 600 pages, bien pesées !) qu’elle publie sous le titre Comment la littérature pense les objets.

Voir aussi le compte rendu donné dans Nineteenth-Century French Studies 50.1–2 (Fall–Winter 2021–22).