Fabula-LhT
ISSN 2100-0689

Consignes de rédaction

SOUMISSION D'UN ARTICLE (après sélection d'une proposition sur appel ou proposition spontanée d'article en varia)
— S’assurer qu’il s’agit bien d’une version définitive (nettoyée notamment des coquilles), aucune modification après publication n'étant possible.
— S'assurer de bien respecter toutes les normes listées ci-dessous.
— Envoi par fichier attaché via courrier électronique au format « .doc » ou « .docx » à lht@fabula.org.



PRÉSENTATION DU DOCUMENT

Métadonnées :
— En tête de votre article figurent, dans l’ordre suivant :
· le titre de votre article en français,
· le titre de votre article en anglais,
· vos prénom et nom (nom en majuscule),
· votre affiliation,
· votre courriel (il sera visible sur le site),
· la langue du document, abrégée ainsi : fr, en, …,
· un résumé de 5 à 10 lignes en français,
· des mots clefs (de trois à six) en français,
· un résumé de 5 à 10 lignes en anglais,
· des mots clefs (de trois à six) en anglais.

Structuration :
— Utiliser des intertitres dans le cours de votre texte pour mieux en montrer les articulations. Nous n'admettons en principe qu'un seul niveau de sous-partie (pas de partie d'une partie).
— Terminer avec une bibliographie finale (obligatoire). Cette bibliographie peut être organisée en sous-sections (sources, corpus, études). Elle doit obligatoirement comporter toutes les références des textes cités dans le texte ou dans les notes.

Longueur :
— L’article comporte au minimum 15.000 signes et ne pourra pas excéder 45.000 signes au total (espaces et notes comprises, mais sans la bibliographie). Dans le cas où l'objet imposerait le dépassement de la limite supérieure, merci de l'annoncer au préalable en le justifiant (p.ex. dans le cas où le texte comporterait beaucoup de citations traduites par l'auteur ou l'autrice).



CONVENTIONS TYPOGRAPHIQUES

Espaces :
— Une espace insécable (alt+esp) doit précéder tous les signes de ponctuation doubles : deux-points, point-virgule, point d’exclamation, point d’interrogation.
— Elle doit suivre toutes les abréviations, en particulier : p., t., vol., fol., n°, chap., fig., coll., trad., éd., dir.
— De la même manière, elle suit l'abréviation des prénoms, par exemple : A.
— Dans le cas d'une incise signalée par deux tirets demi-cadratins (« Phrase – incise – suite de la phrase. »), une espace insécable doit suivre le demi-cadratin ouvrant, et précéder le demi-cadratin fermant.

Citations :
— Utiliser les guillemets français (ils doivent être accompagnés d’une espace insécable à l'intérieur) ; à l’intérieur d’une citation, utiliser les guillemets anglais, sans espace, sur ce modèle : « citation première : “citation seconde” ».
— Citations sorties (sans guillemet) à partir d’un passage de trois lignes.

Majuscules, titres, siècles, caractères spéciaux :
— Les capitales sont accentuées : À, É, È.
— Garder la majuscule aux titres d'ouvrage (cela ne s'applique pas aux parties d'ouvrage) au premier substantif et à tout ce qui précède dans le cas où il s'agit d'un groupe nominal défini (Le Dernier Jour d'un condamné), éventuellement aux deux substantifs dans le cas où ils sont coordonnés par un « et » (Le Rouge et le Noir), au premier mot dans les autres cas (À la recherche du temps perdu ou Un cœur simple).
— Les siècles apparaissent en chiffres romains et en petites capitales, suivi de « e » en exposant.
— Utiliser les lettres soudées æ, œ, Æ, Œ, en romain et en italique.

Langues et traductions :
— Citations en langue étrangère en italique.
— Le texte cite en français et est immédiatement suivi de la langue originale, sur ce modèle : « citation en français [citation en langue originale] ». Dans le cas où les traductions sont nombreuses et, dès lors, alourdissent trop le texte, préférer l’introduction d’une note de bas de page qui contiendra le texte original en italique et entre guillemets.
— Dans tous les cas, la référence de la traduction est demandée (y compris lorsqu'elle est de vous : à signaler alors par la mention « je traduis » ou « ma traduction »).



IMAGES

Droits d'auteur :
— Dans le cas d'ajout d'images dans l'article, merci de respecter les droits d'auteur, en particulier en vous assurant que l'image est libre de droits ou que son ayant-droit vous accorde le droit de la publier (il convient de rappeler aux ayant-droits que notre revue est gratuite et en libre accès sur Internet, qu'elle ne salarie personne). Nous n'avons pas de budget pour acheter les droits.
— Chaque image doit contenir une légende avec la mention du © et être insérée dans le corps de l'article, à l'emplacement voulu.

Taille et format :
— La taille totale du fichier que vous nous transmettez ne peut néanmoins pas excéder 2 mégaoctets.
— Les images doivent être au format .jpeg.



RÉFÉRENCES

Principes généraux :
— Pour des raisons de lisibilité et de circulation sur la page en ligne (nos notes de bas de page se trouvent à la fin de longs textes) et pour éviter les redondances entre les notes et la bibliographie obligatoire, Fabula-LhT ne référence plus les textes cités en notes de bas de page, mais uniquement en bibliographie (voir ci-dessous la section dédiée).
— Les seules références complètes pouvant se trouver dans les notes sont celles de textes non cités, mais mentionnés, lorsque ces références sont souhaitables (à vous d'en juger). Quoi qu'il en soit, ces références dans les notes ne doivent pas être en nombre excessif (nous vous invitons à les ajouter en bibliographie s'il y en a beaucoup).
Les notes sont utiles pour accueillir, le cas échéant et si besoin, des précisions sur l'histoire des textes mobilisés (écriture, diffusion, éditions, lectures publiques, spectacles, etc.).
— Pour garantir la compréhension des lecteurs et lectrices non familiers des corpus traités, on essaiera dans la mesure du possible de préciser au moins une fois le prénom de tous les auteurs et autrices mentionnés, ainsi que les dates des ouvrages mentionnés, en particulier celles des œuvres littéraires. Cela peut se faire par une simple parenthèse : Titre (date originale). Cela est valable pour le texte et les notes.

Dans le texte et en note :
— Dans le texte et dans les notes, les références des citations sont données de manière abrégée et entre parenthèses, à la suite immédiate de la citation correspondante, sur ce modèle : « citation » (Nom, date, p. numéro ou § numéro). Par exemple, on écrira « citation » (Saint-Gelais, 2011, p. 180).
— Dans le cas où il n'existe pas de nom d'auteur, remplacer le nom par les premiers mots du titre abrégé, dont la version complète est facile à trouver en bibliographie, sur ce modèle : « citation » (Titre, date, p. numéro).
— Si le titre de l'ouvrage importe pour la compréhension de votre propos, il peut être utile de le préciser dans votre texte. Par exemple : « Dans Fictions transfuges, Richard Saint-Gelais relève que “le lecteur peut […] se demander […] s'il n'y [a] pas anguille sous roche” (2011, p. 180). » Dans cet exemple, le nom de R. Saint-Gelais a été enlevé de la parenthèse, car il est déjà donné dans la même phrase. Si plusieurs noms sont mentionnés dans une même phrase et qu'il existe une ambiguïté sur l'attribution de la citation, merci de laisser le nom de la personne citée dans la parenthèse.
— S'il n'existe aucune ambiguïté possible sur l'attribution de la citation, par exemple lorsqu'une même référence est utilisée deux fois de suite et dans un même paragraphe ou si le nom de l'auteur ou de l'ouvrage est redonné dans la phrase, on peut abréger le contenu de la parenthèse et ne spécifier que le numéro de page – « citation » (p. 30). Il est possible de mettre plusieurs numéros de pages dans la même parenthèse, à la suite d'une énumération de citations : « citation 1 » et « citation 2 » (p. 30 et 42).
Si l'édition utilisée est une seconde édition ou une traduction, on veillera à inclure entre crochets la date de première édition avant la date de l'édition utilsée, afin de garantir une compréhension maximale des lecteurs et lectrices qui ne sauraient pas situer précisément le texte cité dans le temps. Par exemple, on écrira (Goodman, [1968] 2011, p. 121) pour citer GOODMAN Nelson, Langages de l’art. Une approche de la théorie des symboles (1968, 1976), trad. Jacques Morizot, Paris, Arthème Fayard, coll. « Pluriel », 2011, p. 121. On peut, pour insister sur le fait que c'est la 2nde édition en anglais qui a été traduite en français, indiquer dans les parenthèses les deux dates des deux éditions « originales » (Goodman, [1968, 1976] 2011, p. 121).
— Si l'édition utilisée dans votre texte est l'édition originale, on ne met donc pas de crochet : (Goodman, 1968, p. 40). Le cas échéant, bien mettre en bibliographie les références de l'édition utilisée, c'est-à-dire dans ce cas les références de l'édition originale.
Lorsque deux entrées bibliographiques d'un même auteur ou d'une même autrice partagent les mêmes dates, il convient d'adjoindre une lettre à la suite de la date. Par exemple : (Thomasseau, 1984a) et (Thomasseau, 1984b), qui renvoient respectivement à THOMASSEAU Jean-Marie, « Pour une analyse du para-texte théâtral : quelques éléments du para-texte hugolien », dans Littérature, n° 53, Le Lieu / La scène, 1984a, p. 79-103, et à THOMASSEAU Jean-Marie, « Les différents états du texte théâtral », dans Pratiques, n° 41, L'Écriture théâtrale, 1984b, p. 99-121.



BIBLIOGRAPHIE
Quel que soit le type d'article soumis, une bibliographie finale est obligatoire.

Organisation de la bibliographie :
— Elle donne toutes les références complètes des citations. Elle peut également contenir certaines références des travaux mentionnés, mais non cités.
— Les références complètes à lister sont celles des éditions utilisées et non celles des éditions de référence du texte.
— Elle peut être organisée en sous-sections : corpus, sources, études, etc.
— Elle est classée par ordre alphabétique des noms des auteurs et autrices. Dans le cas où il n'y a pas d'auteur, la première lettre du titre est déterminante.
— Classer les publications d'une même personne de la plus récente à la plus ancienne, en prenant pour repère la date de l'édition utilisée (et non celle de la première édition).
Répéter le nom d'un auteur ou d'une autrice dans le cas où deux entrées sont rédigées par une même personne.
— Elle donne obligatoirement tous les DOI des références listées.

Présentation des entrées :
— Suivre cet ordre : NOM Prénom (sans virgule entre le nom et le prénom), Titre (date de la première éd.), Précision éventuelle (éd., trad., ..., suivi du nom des personnes concernées), Lieu, Maison, coll. « Collection », Date, Pages : URL. DOI.
— Si un élément manque, l'indiquer : s.l, s.d., etc.

Nom des auteur·rice·s :
— S'il s'agit d'un document sans auteur, écrire « Anonyme » ou rien, selon les cas.
— Le prénom des auteur·rice·s n'est jamais abrégé en bibliographie.
— Le nom est donné en premier et en petites capitales (première lettre en majuscule simple).
— Le nom et le prénom ne sont pas séparés par une virgule.
— Si plusieurs auteurs signent un texte, donner tous les noms par ordre alphabétique et séparés par une virgule, avec le coordonnant « et » pour coordonner les deux derniers, sur ce modèle : NOM Prénom, NOM Prénom et NOM Prénom.

Direction d'ouvrages ou de dossiers :
— On fera attention à donner non seulement le nom des directeur·rice·s d'ouvrages collectifs, mais encore celui des directeur·rice·s d'un numéro de revue.
— Le nom des directeur·rice·s d'ouvrages précède le titre, sur ce modèle : NOM Prénom des directeur·rice·s (dir.)Titre (date originale), Lieu, Maison d'édition, coll. « Collection », Année.
— Le nom des directeur·rice·s de numéros de revue suit le titre du volume ou du dossier en question, sur ce modèle : Titre de la revue, n°, Titre du numéro ou « Titre du dossier », dir. Prénom Nom des directeur·rice·s, Année. Attention : pas de petites majuscules dans ce cas. On peut, pour des raisons de commodité, écrire NOM Prénom des directeur·rice·s (dir.), Titre du numéro ou « Titre du dossier », Titre de la revue, n°, Année.
— Ne pas oublier les URL et les DOI le cas échéant (voir ci-dessous section « En ligne »).

Numéros de revue :
— Les renseignements concernant les numéros de revues doivent comprendre le numéro de la revue et, le cas échéant, le titre du volume ou du dossier, avec le nom des directeur·rice·s de ce volume ou de ce dossier. Le titre de la revue se met en italique, de même que celui du numéro ; le titre d'un dossier thématique de ce numéro se met entre guillemets, sur ce modèle : 
· Titre de la revue, n°, Titre du numéro, dir. Prénom Nom des directeur·rice·s, Année,
· ou Titre de la revue, n°, « Titre du dossier », dir. Prénom Nom des directeur·rice·s, Année,
· ou NOM Prénom des directeur·rice·s (dir.), Titre du numéro ou « Titre du dossier », Titre de la revue, n°, Année.
— Ne pas oublier les URL et les DOI le cas échéant (voir ci-dessous section « En ligne »).

Lieu, maison d'édition et collection :
— Se passer du terme « Éditions », y compris pour : Amsterdam, Minuit, Seuil, Théâtrales.
— Abréger « Presses Universitaires » en « PU », p.ex : PU Blaise Pascal ou PU de Vincennes.
— Pour les PU de France, écrire PUF.
— Si la ville est précisée avant, abréger entièrement, par exemple : Rennes, PUR.
— Abréger collection en « coll. » et mettre le titre entre guillemets, ainsi : coll. « Poétique ».

En ligne :
— Si la publication est en ligne, remplacer le lieu et la maison par la mention « en ligne », sur ce modèle : Fabula-LhT, n° 8, Le Partage des disciplines, dir. Nathalie Kremer, en ligne, 2011 : www.fabula.org/lht/8. DOI : https://doi.org/10.58282/lht.216.
— La mention du DOI, s'il en existe un, intervient après le point final, ainsi : DOI : https://doi.org/10.58282/lht. Cette mention est obligatoire.
— Quand une référence papier est disponible en ligne, le signaler à la suite de la référence, après l'année, ainsi « ; disponible en ligne : www.référence. »

Dates :
— Préciser la date de publication originale après le titre entre parenthèses.
— Préciser la date de la traduction après le nom du traducteur ou de la traductrice si elle est différente de la date de l'édition.
— Préciser la date de l'édition après la mention de l'édition si elle est différente de celle d'impression (voir premier exemple ci-dessous).
— Dans le cas du théâtre, préciser également la date de création scénique à la suite de la notice (voir exemple ci-dessous).

Traductions et éditions :
— On fera attention à donner le nom des éditeur·rice·s et des traducteur·rice·s, précédé de la mention «éd.» ou «trad.», sur ce modèle :
— Nom de l'auteur, Titre (date originale), trad. Nom du/de la traducteur·rice (date de la traduction si différente de la date d'édition), éd. Nom de l'éditeur·ice (date de l'édition si différente de la date d'impression), Lieu, Maison d'édition, coll. « Collection », Année.
— On peut ajouter juste après cette référence une phrase pour préciser le titre original (parfois très différent du français) ou au contraire l'existence d'une traduction française (si on utilise le texte d'origine) ou toute autre information importante.
— Dans le cas d'une seconde édition, donner la date de parution originale entre parenthèses après le titre et mentionner la réédition, sur ce modèle : Nom de l'auteur, Titre (date originale), 2nde éd. (date de cette édition si diff. de la date d'impression), Lieu, Maison d'édition, coll. « Collection », Année.
— Dans le cas où deux éditions d'un même texte sont citées, prévoir deux entrées bibliographiques.

Pages et paragraphes :
— En bibliographie, on fera attention à donner toutes les pages d’un article (précédées d’un simple « p. », par exemple « p. 320-345 »), tandis que seule la page citée est répertoriée dans la référence dans le texte ou en note.
— Les publications en ligne sont citées selon leur numéro de paragraphe : « § numéro », par exemple « § 3 ».



MODÈLES
Le référencement en bibliographie suivra les modèles suivants (noms en petites capitales et non en majuscules comme ci-dessous).

Livres : 
PAVIS Patrice, Dictionnaire du théâtre (1980), 2nde éd. (1996), Paris, Armand Colin, 2014.

Numéros de revue : 
COnTEXTES, n° 1, Discours en contexte, dir. Jean-Michel Adam, Panayota Badinou et Jérôme Meizoz, en ligne, 2006 : http://journals.openedition.org/contextes/229, consulté le 23 mars 2017. DOI : https://doi.org/10.4000/contextes.229.

Chapitre (même auteur, même statut) : 
GENETTE Gérard, « Discours du récit. Essai de méthode », Figures III, Paris, Seuil, 1972, p. 65-273.

Chapitre (même auteur, statut différent) : 
REICHLER Claude, « La littérature comme interprétation symbolique », dans Claude Reichler (dir.), L'Interprétation des textes, Paris, Minuit, 1989, p. 81-114.

Chapitre (auteur différent) : 
CHARTIER Roger et JOUHAUD Christian, « Pratiques historiennes des textes », dans Claude Reichler (dir.), L’Interprétation des textes, Paris, Minuit, 1989, p. 53-79.

Article : 
CHARLES Michel, « Trois hypothèses pour l’analyse, avec un exemple », Poétique, n° 164, 2010, p. 387‑417 ; également en ligne : https://www.cairn.info/revue-poetique-2010-4-p-387.htm, consulté le 23 mars 2017. DOI : https://doi.org/10.3917/poeti.164.0387.

Édition : 
MOLIÈRE, Le Festin de Pierre [Don Juan] (1682, 1683), dans Molière, Œuvres complètes, t. II, éd. Georges Forestier et Claude Bourqui, Paris, Gallimard, 2010, p. 845-902. La pièce a été créée en 1665.

Traduction : 
GOODMAN Nelson, Langages de l’art. Une approche de la théorie des symboles (1968, 1976), trad. Jacques Morizot, Paris, Arthème Fayard, 2011.


Toute référence ne rentrant pas dans ce cadre (en particulier les textes anciens voire très anciens) est rédigée aussi complètement que possible, avec la conformité la plus grande possible aux modèles présentés ci-dessus.