Fabula, la recherche en littérature (appels)

Livre et jeu vidéo

Appel à contribution

Information publiée le jeudi 9 mai 2013 par Ivanne Rialland (source : Björn-Olav Dozo)

Date limite : 1 juin 2013

Appel de textes : revue "Mémoires du livre / Studies in Book Culture"

Volume 5, Numéro 2, printemps 2014

« Livre et jeu vidéo »

Sous la direction de Fanny Barnabé et Björn-Olav Dozo, Université de Liège

Si les rapports entre jeu vidéo et cinéma suscitent depuis longtemps l’intérêt des milieux académiques (citons, entre bien d’autres, les travaux d’Alexis Blanchet[1]), les relations, échanges et points de passage entre le livre et le jeu vidéo constituent pour leur part un domaine de recherche toujours en friche. Pourtant, les interactions entre ces deux médias sont loin d’être des exceptions et les disciplines qui les étudient (les game studies et l’histoire du livre) sont connectées par une certaine affinité méthodologique : toutes deux ont un fondement profondément interdisciplinaire ; toutes deux rassemblent, autour d’un objet commun, des chercheurs issus d’horizons très différents. Cette parenté disciplinaire, ajoutée à la richesse des constants échanges entre livre et jeu vidéo, a encouragé la conception de ce numéro thématique consacré à la rencontre entre le médium vidéoludique et son voisin livresque.

Les propositions d’articles destinées à ce numéro pourront s’inscrire dans l’un des trois axes suivants, qui ne sont pas limitatifs :

Le livre comme support ou prolongement de l’expérience vidéoludique

Depuis ses origines, le jeu vidéo use de l’objet-livre comme complément technique, narratif ou ludique. Technique, tout d’abord, lorsque le livre vient pallier la faiblesse du système : ainsi, auparavant, lorsque les ordinateurs n’étaient pas assez performants pour exécuter des jeux prenant en charge la représentation d’un univers fictionnel par leurs propres moyens, un livret explicatif était fourni avec l’œuvre pour décrire l’univers en question et contextualiser l’action du joueur. Narratif, ensuite, car ces mêmes notices ont, de tout temps, servi à transmettre au joueur des informations complémentaires sur les histoires élaborées dans les jeux (le passé des personnages mis en scène, l’histoire des contrées visitées, etc.). Ludique, enfin, car le livre peut également être utilisé comme le support même du jeu. Il en va ainsi du récent Wonderbook, un périphérique destiné à la Playstation 3 qui prend la forme d’un livre et qui permet d’agir sur l’univers virtuel selon le principe de la réalité augmentée. Dans ce dernier cas, le livre est donc le support d’un renouvellement du gameplay.

Les adaptations de jeux vidéo en livres ou de livres en jeu

Les frontières entre les différents médias sont aujourd’hui plus perméables que jamais : le livre et le jeu vidéo n’échappent pas à la règle. Au contraire, les transferts de contenu fictionnel entre ces deux médias sont plus que fréquents. Il peut s’agir d’adaptations vidéoludiques d’œuvres littéraires (telles que Harry Potter de J.K. Rowling, La Divine Comédie de Dante, Moderato Cantabile de Marguerite Duras, etc.) ou, à l’inverse, de novellisations de jeux tels que World of Warcraft, Assassin’s Creed, Starcraft, Halo, etc. Ce deuxième axe de questionnement recouvre également le phénomène des fanfictions, ces récits littéraires écrits par les fans à partir d’univers fictionnels préexistants (voir, sur ce sujet, les travaux d’Henry Jenkins).

Les représentations du livre et de l’écrit au sein des œuvres vidéoludiques

Si le livre peut prolonger l’expérience ludique hors du cadre virtuel, il est aussi très fréquemment représenté à l’intérieur des jeux eux-mêmes. De manière générale, l’écrit joue un rôle fondamental dans le jeu vidéo depuis la création des premiers jeux d’aventure (tels que Colossal Cave Adventure, 1975), qui se composaient exclusivement de texte et se situaient à mi-chemin entre le jeu et la littérature numérique (l’intégralité des décors et des événements était décrite textuellement et le « joueur » ne pouvait interagir avec le logiciel qu’en entrant, pour seules commandes, des mots ou des phrases simples : « go west », « take key », etc.). Aujourd’hui encore, le livre continue d’être utilisé comme un important support de connaissance au sein des univers vidéoludiques : il suffit de songer au jeu de rôle The Elder Scrolls V : Skyrim (2012), dans lequel le joueur peut collectionner une série de livres contenant des informations complémentaires sur le cadre narratif du jeu ou sur certains principes de gameplay. Enfin, dans le domaine du jeu vidéo, la représentation de l’objet-livre semble véhiculer à elle seule un certain imaginaire : le livre est souvent présenté comme un artefact précieux, sacré, détenteur de magie, etc. Ce troisième axe de recherche permet également la mention d’un cas particulier : les « livres dont vous êtes le héros » qui, au contraire de ce qui vient d’être présenté, reproduisent les mécanismes du jeu au sein de l’écrit.

Les propositions d’articles, d’environ 300 mots (ou 2000 caractères, espaces compris) hors bibliographie, devront parvenir par courriel pour le 1er juin 2013 aux deux adresses suivantes : bo.dozo@ulg.ac.be et fanny.barnabe@student.ulg.ac.be. Après évaluation par le comité de rédaction, une réponse sera donnée pour le 15 juin 2013. Les articles dont la proposition aura été acceptée seront à rendre pour le 15 septembre 2013. Ils seront alors évalués anonymement par le comité de lecture, qui rendra un avis. La version définitive devra être envoyée pour le 15 novembre 2013. La publication du numéro est prévue à au printemps 2014.

 

 

 


Responsable : Fanny Barnabé et Björn-Olav Dozo



Dernières annonces d'appels à contribution :

Le théâtre In-Yer-Face aujourd’hui : bilans et perspectives

Figures et figurations de l'érotisme dans la poésie contemporaine (projet d'ouvrage collectif)

La France en guerre (revue Lublin Studies in Modern Languages and Literatures)    

Les territoires du cinéma - cinéma et numérique

Le corps des émotions. À propos de la performativité des émotions dans l’histoire

De l’écrit à la scène

Autour des formes implicites: (1) argumentation et rhétorique, (2) pathologie, acquisition et didactique, (3) traductologie et linguistique contrastive 

Performing Grief - International Conference

Aux sources de la tradition narrative arabe. Les frontières du littéraire et le rôle des genres religieux, biographiques et historiographiques (VIIe-Xe siècles ap. J-C)

Capture d'écran

Luc Bérimont, la poésie en partage

Colloque du centenaire Emmanuel Roblès (2e appel)

Maîtres, précepteurs et pédagogues. Figures de l’enseignant dans la littérature italienne

Shakespeare à l'écran dans le monde francophone

Imaginaires de la ponctuation. Ordre et inquiétude du discours

Text/ures : les objets livres, du papier au numérique

Mobilités dans le fantastique et la science-fiction (XIX-XXIe siècles): quête et enquête(s)

Formes du texte latin au Moyen Âge & à la Renaissance

Humoresques, n° 41: Rire et bêtise

Les circulations musicales et théâtrales en Europe, vers 1750– 1815 / Musical and theatrical circulations in Europe, ca. 1750–ca. 1815  

Errances, égarements, erreurs, hérésies au XVIIe siècle

Manipulation et Propagande

Masculin-féminin (Mélusine n°XXXVI)

Création, expérimentation & diffusion du théâtre contemporain espagnol et latino-américain

Studii de gramatica contrastiva - Etudes de grammaire contrastive

Fil d'informations RSS Fil d'information RSS   Fabula sur Facebook Fabula sur Facebook   Fabula sur Twitter Fabula sur Twitter