Fabula, la recherche en littérature (agenda)

Séminaire transdisciplinaire Philosophie et Musicologie : parcours, perspectives, rencontres.

Evénement

Information publiée le vendredi 1 février 2013 par Vincent Ferré (source : Julien Labia)

Du 8 février 2013 au 26 avril 2013, Université Sorbonne-Nouvelle (les 8 février, 1er et 22 mars, 12 et 26 avril)

Séminaire transdisciplinaire « Philosophie et Musicologie, parcours, perspectives, rencontres »

Programme de la troisième session

Organisation : Julien Labia (Post-doctorant, Paris III) et Charlotte Loriot (ATER, Musicologie, Paris IV), dans le cadre du Centre d’Etudes et de Recherches sur l’Espace Germanophone (EA 4223, dir. Céline Trautmann-Waller) de l’Université Sorbonne-Nouvelle, avec le soutien Jean-Pierre Bartoli et de Jacqueline Lichtenstein, des équipes d’accueil 3552 (Philosophie) et 4087 (PLM, Musicologie) de l’École doctorale V « Concepts et langages » de l’université Paris-Sorbonne.

Nous poursuivrons dans le séminaire de cette année le parcours dessiné par ces deux sessions précédentes (aux printemps 2011 et 2012). Nous persistons après ces deux années de travail dans la direction transdisciplinaire pour ces premiers travaux. L’unité conférée par la musique constituera cette année encore la condition de l’exploration des différents points de vue et des contenus disciplinaires qui s’y attachent. Cette nouvelle session souhaite continuer cette aventure installée dans la durée. A partir de nos propres convictions, mais également des suggestions et propositions de nos invités, nous avons souhaité retenir trois grandes directions esquissant son programme général.

Par l’idée de parcours, nous entendons ainsi conserver l’attention accordée aux démarches individuelles des acteurs que nous sommes ou que nous étudions : quel itinéraire suivent-ils, quels choix jalonnant leurs parcours peuvent être les plus significatifs pour nous ?

Par celle de perspectives, nous souhaiterions insister sur l’importance accordée aux nouvelles études d’un objet appartenant au passé, susceptibles de renouveler notre regard. Mais nous voulions également souligner notre attachement à suivre les évolutions de travaux qui ont été présentés les années précédentes, ouvrages que certains invités ont souhaité remettre sur le métier.

L’idée de rencontres, enfin, rejoint ce qui constitue au fil du temps l’un des acquis majeurs de ce travail commun : l’échange non des seuls contenus de recherches, mais avec eux des méthodes, des démarches et des outils des différentes disciplines.

Nous conservons le modèle des années précédentes associant les efforts de jeunes chercheurs à ceux de leurs collègues confirmés, accordant une place importante à la discussion autour de plusieurs interventions par séance. Comme pour les sessions antérieures, nous retenons l’idée d’une participation des intervenants à plusieurs séances, tant elle contribue à la progression des débats et donne à l’ensemble le caractère positif d’un « atelier ».

Nous avons souhaité conserver l’habitude de faire circuler une semaine avant chaque séance un résumé d’une dizaine de lignes fourni par chaque intervenant.

Les séances aborderont, sans restrictions, des thèmes tels que :

- La circulation entre théorie et pratique, entre théories philosophiques, musicologie et doctrines esthétiques. La référence à la philosophie chez les musicologues et les compositeurs,  en particulier sa nature et son évolution au fil du temps. La perspective de l’esthétique philosophique, de la simple référence à la musique à la théorie proprement dite.

- Les questions de l’ontologie de l’œuvre ou de la définition de la musique : il s’agira d’en mesurer la portée et l’efficacité analytique au défi de l’objet concret et de son histoire.

- La question du statut philosophique de certaines réflexions développées par les artistes, et les difficultés épistémologiques de leur approche. La comparaison des discours et les effets de la différence disciplinaire. L’intérêt des doubles profils, leurs spécificités et limites éventuelles.

- La place de l’esthétique musicale chez les interprètes et dans les performance studies. Les questions liées à la perception, à la pratique et à l’approche philosophique du faire. Comment reconstituer le parcours menant de la philosophie à la pratique artistique ?

- Les collaborations, rencontres, correspondances, champs épistémologiques et codes communs, ainsi que les spécificités de chacune des deux disciplines.

- Le caractère éventuellement positif de la différence entre les points de vue disciplinaires, sa persistance. Nous voudrions encore explorer, si les discours tendent vers une forme de fusion, les dangers ou les enrichissements qu’une telle démarche peut encourir.

- Une autre direction retenue concerne la réalité même de l’objet musical, autour de réflexions ayant trait à la pratique musicale et à l’interprétation.

Le séminaire aura lieu de 14 h à 18 h, salle 410 du centre Censier (13 rue de Santeuil, 75005 Paris, métro Censier-Daubenton), les 8 février et 1er mars et 26 avril. La salle est encore à définir pour la séance du 22 mars. Nous serons le 12 avril, en salle 16 de l’Institut du monde anglophone (5 rue de l’Ecole de médecine, 75006 Paris, métro Odéon ou Cluny-la Sorbonne). 

 

Programme détaillé de la session 2013 :

 

Vendredi 8 février, 14 h – 18 h, Censier, salle 410.

- Vladimir Pinheiro Safatle (Universidade de São Paulo) : « Expression et corporéité dans les Etudes pour piano de Chopin, Debussy et Ligeti ».

- Pauline Nadrigny (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Phico / CEPA) : « Mikel Dufrenne, de l’œuvre à l’oreille ».

- Denis Laborde (CNRS / Centre Marc Bloch, Berlin) : titre précisé ultérieurement

Vendredi 1er mars, 14 h – 18 h, Censier, salle 410

-  Damien Ehrhardt (Evry) : « Alexander von Humboldt et la musique ».

- Alain-Patrick Olivier (Poitiers, CRHIA / Fernuniversität in Hagen) : « Situation de l’opéra contemporain : création, institution, mise en scène, métaphysique ».

- Bruno Moysan (IEP) : titre précisé ultérieurement

Vendredi 22 mars, 14 h – 18 h (salle précisée ultérieurement).

- Jérôme Cambon (Tours) : « Hector Berlioz et le saint-simonisme : un artiste en quête d’un statut ».

- Julien Labia (post-doctorant, Université Sorbonne-Nouvelle, CEREG) : « Franz Grillparzer et la musique selon Hanslick, ou le chaînon manquant ? »

- Anne-Laetitia Garcia (université Sorbonne-Nouvelle) : « Le monstre sacré en acte : qui est en scène ? ou quoi ? »

 

Le séminaire est associé au « Jeudi de la philosophie » que la librairie Vrin consacrera à Helmholtz et Carl Dahlhaus, le 28 mars, 18 h 30 – 20h. Nous recevrons notamment Herman Danuser (Humboldt Universität Berlin) à cette occasion.

 

Vendredi 12 avril, 14 h – 18 h, salle 16 de l’Institut du Monde Anglophone.

- Julien Ségol (universités Denis Diderot et Leipzig / Centre Marc Bloch Berlin) : « Penser le corps en mouvement : l’enseignement de Jean d’Udine. »

- Agnès Gayraud (université Paris-Sorbonne) : « Pour une esthétique critique des musiques populaires enregistrées ». 

- Ellen Moysan (université Toulouse le Mirail / Europhilosophie) : « Le toucher musical, point sensible de l’incarnation du chant intérieur ».

- David Christoffel (EHESS / EsPAS) : « Le minimum de quoi ? (Minimalisme en musique et minimalisme moral) ».

Séance du vendredi 26 avril, 14 h – 18 h, Censier, salle 410.

- Alessandro Bertinetto (Università di Udine) : « Absolute music and Absolute’s music. Hegel and musical improvisation ».

- Catherine Guesde (université Panthéon-Sorbonne, PHICO) : « Le rôle de la douleur dans le plaisir esthétique musical ».

- Francesco Peri (Università del Salento, Lecce / Université Sorbonne-Nouvelle) : « Genèse d’un discours moderniste de l’histoire musicale ».

- Julien Labia (post-doctorant, université Sorbonne-Nouvelle, CEREG) et Charlotte Loriot (université Paris-Sorbonne / PLM) : bilans, perspectives, conclusions.

____________

Contact : julien.labia@wanadoo.fr ; charlotteloriot@gmail.com 


Responsable : Charlotte Loriot et Julien Labia

Url de référence :
http://www.univ-paris3.fr/ea-4223-centre-d-etudes-et-de-recherches-sur-l-espace-germanophone-cereg--22243.kjsp?STNAV=&RUBNAV=

Adresse : 18 rue Petit, 92110 Clichy



Dernières annonces d'événements :

Littérature et globalisation (séminaire, 3ème séance)

Ecrire après la fin : la logique spectrale à l'époque contemporaine

Pour Cortazar

Face au storytelling : selon quels critères définir la "fiction littéraire” ?

Les langues non-naturelles - Fiction et langues inventées, le cas de J.R.R. Tolkien (Clelia 2014)

Genre & Bande Dessinée

Mamiels pendillans et piel [du] ventre contreval la tierre: le corps féminin dans tous ses états

L'Atelier de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes, séance 10 : le modèle musical dans la littérature du XIXe s.

Masques, identité & bande dessinée

Académies et universités en France et en Italie (1500-1800) : coprésence, concurrence(s) et/ou complémentarité ?

La danse de Shiva, Texte d'Auguste Rodin (1913)

Conversation entre onze heure et minuit avec Chloé Delaume au musée Balzac

Vivre par(mi) les écrans aujourdhui. Evolutions e proliférations d'un système complexe

Shakespeare 450

Conférence de L. Bourassa

Mobilité et traces dans l'espace public

Destins croisés : la muse de Méréville et la châtelaine du Marais (conférence Chateaubriand)

Être avec l'animal

Les spectacles populaires (1870-1945) [colloque de Cerisy]

W.G. Sebald: littérature et éthique documentaire (colloque de Cerisy)

L’écrit aux mains du pouvoir. Fabrication, diffusion et conservation de l’écrit politique, XVe-XXIe siècles

L'imaginaire du sacré

Fabrique européenne des traducteurs : lecture publique française // italienne le 2 juin à la Maison de la Poésie (Paris)

Littérature et totalitarisme. Vers une conceptualisation du phénomène

Entre liberté et contrainte: la traduction et la question du choix

Fil d'informations RSS Fil d'information RSS   Fabula sur Facebook Fabula sur Facebook   Fabula sur Twitter Fabula sur Twitter