Fabula, la recherche en littérature (debats)

Québec: le gouvernement Charest veut restreindre le droit de manifester pour casser le mouvement étudiant (màj 21/05/12)

Points de vue et débats

Information publiée le vendredi 18 mai 2012 par Bérenger Boulay



_blank

Lire également:

 

Dépêche AFP du vendredi 18 mai 2012:

Le gouvernement québécois du libéral Jean Charest (centre droit), qui compte sur une loi spéciale pour forcer au moins une «pause» dans le conflit étudiant, a subi jeudi au parlement un violent tir de barrage de l’opposition pour son refus de reprendre les négociations.

«Je veux que le Premier ministre rencontre les étudiants aujourd’hui», a tonné la dirigeante du Parti Québécois et chef de l’opposition officielle Pauline Marois, bruyamment applaudie par ses partisans.

«Il faut dialoguer, sans passer par une loi spéciale-matraque», a-t-elle poursuivi avec émotion.

Quelques heures plus tard, les leaders étudiants ont lancé un ultime appel à la négociation pour mettre fin à la grève des cours contre la hausse des frais de scolarité, vieille de quatorze semaines.

Les représentants des principaux syndicats d'étudiants se sont unis pour la première fois à des personnalités politiques de l’opposition - dont Pauline Marois, et plusieurs députés - pour tenir une conférence de presse retransmise en direct à la télévision publique, quelques heures avant le dépôt du projet de loi au parlement.

Les professeurs d’université sont entrés à leur tour de plain pied dans le conflit. La Fédération québécoise des professeures et professeurs d’université s’est prononcée contre le projet de loi spéciale, qui «ne fera qu’envenimer la situation» selon elle.

Jean Charest justifie son refus d’une nouvelle négociation en affirmant avoir perçu un durcissement de la position des étudiants, ce que ces derniers contestent vivement.

«Le gouvernement assume ses responsabilités, c’est ce qu’attendent les citoyens» a-t-il martelé devant la presse.

Le projet de loi spéciale, dévoilé jeudi soir, prévoit notamment une forte restriction du droit de manifester et de très lourdes amendes pour les organisateurs de piquets de grève. Un individu seul, par exemple, encourrait une amende de 1 000 à 5 000 dollars (de 770 à 3 860 euros).

Une association d'étudiants qui organiserait un tel rassemblement ou lancerait le mot d’ordre de bloquer l’accès à une université risquerait, elle, de devoir payer de 25 000 à 125 000 dollars (de 19 320 à 96 600 euros), le double en cas de récidive.

Les représentants étudiants sont apparus choqués, en colère, après lecture du projet de loi. «Cette loi est, et de loin, pire que l’augmentation des droits de scolarité pour les étudiants» a carrément lancé Léo Bureau-Blouin, le président de la FECQ (Fédération étudiante collégiale du Québec). De son côté, Gabriel Nadeau-Dubois, président de la CLASSE, le syndicat le plus radical, a affirmé que le texte était tout simplement «anticonstitutionnel» et a appelé à la «désobéissance civile».

Le projet de loi prévoit également une suspension des cours jusqu’au mois d’août dans les établissements en grève, sans annulation de la session.

Selon le gouvernement, 30% seulement des étudiants boycottent les cours, la grève paralysant 14 collèges universitaires sur 48 et «certaines facultés» de 11 universités sur 18 au total.

La dernière offre du gouvernement - massivement rejetée par les étudiants grévistes - prévoit une augmentation de 82% des droits de scolarité à l’université de 1 780 dollars sur sept ans, au lieu de cinq ans initialement, pour arriver à près de 4 000 dollars par an, plus près de la moyenne nord-américaine.

Jean Charest souligne qu’en contrepartie, les prêts et bourses augmenteront également, ce qui devrait annuler la hausse pour environ un étudiant sur deux.




Points de vue et débats :

"Le changement à l’Université et dans la Recherche, c’est maintenant ?" (pétition, France)

Pétition contre le projet Peillon de casse des statuts des enseignants (mars 2014)

Une nouvelle loi sur l’école qui s’inspire de la LRU (SLU 09/03/14)

Non à l’austérité et au "pacte de responsabilité". Communiqué de l'intersyndicale de l'ESR. Grève et manifestation le 18 mars 2014

10e section du CNU : Motion sur le projet de décret portant sur le statut des enseignants-chercheurs  

Motions de la 11e section du CNU, 30 janvier 2014

Medef et gouvernement prêts au « copilotage » des formations" (entretien G. Fioraso-P. Gattaz)

"Les dessous de la Sorbonne à Abou Dhabi en procès" (Le Monde, 22/11/13)

Affaire de l'annulation de l'élection d'un professeur à l'univ. de Strasbourg: suite 

Newsletter de SLU, oct. 2013: "Brumaire, an VI de la loi LRU"

N'autre école n°36: La pédagogie contre le sexisme

L’Espace Numérique de Travail confié à une entreprise de conseil en GRH (Questions de classe(s), 26/09/13)  

R. Bodin, S. Orange, L'université n'est pas en crise

Communiqué de l’Inter-syndicale de l’ESR sur les retraites (02/09/13)

"L’imbroglio des Éspé (1), chronique d’un désastre annoncé", par Pedro Cordoba (20 mai 2013)

"N’y a-t-il que la question du CNU ?", Hélène Conjeaud, 25 juin 2013

Motion de la 10e section du CNU (Littératures comparées)

"ANR 2013: une certaine idée de la science", par SLU

Pétition pour la qualification par le CNU / communiqué de la CP-CNU

CNU, 10e section (littératures comparées) : deux motions

"AERES : en finir avec l’agence de notation de l’enseignement supérieur et de la recherche", par C. Topalov (16/5/13)

Lettre ouverte de la CNARELA au sujet du CAPES de Lettres classiques

"Un amour de Mme Fioraso", par A. Compagnon (liberation.fr)

Motion votée à l'université de Toulon le 2 avril 2013 au sujet du projet de loi sur la formation des enseignants

Motion des universités de l'académie de Créteil sur la formation des enseignants (22/3/13)

Fil d'informations RSS Fil d'information RSS   Fabula sur Facebook Fabula sur Facebook   Fabula sur Twitter Fabula sur Twitter