Fabula, la recherche en littérature (appels)

Pier Paolo Pasolini entre régression et échec

Appel à contribution

Information publiée le vendredi 4 octobre 2013 par Perrine Coudurier (source : Davide Luglio)

Date limite : 30 novembre 2013

Appel à communication

 

Colloque « Pier Paolo Pasolini entre régression et échec »

Paris 9-10 mai 2014

 

Organisateurs : Équipe Littérature et Culture Italienne (ELCI, EA 1496) Université Paris-Sorbonne et ICI Berlin Institute for Cultural Inquiry

Responsables scientifiques : Sara Fortuna (Rome), Manuele Gragnolati (Oxford/Berlin), Christoph Holzhey (Berlin), Davide Luglio (Paris)

 

L’attaque que Pasolini lance contre la course au développement, le néocapitalisme et les sociétés libérales hypertechnologisées est liée à une critique du rationalisme et de ses manifestations non seulement politico-sociales mais aussi linguistiques et esthétiques. L’hypothèse que ce colloque se propose d’explorer est que cette critique s’appuie sur deux notions qui paraissent centrales dans la pensée de l’auteur, celle de régression et celle d’échec. Assumées par Pasolini dans une acception qui renverse leur signification ordinaire, la régression et l’échec perdent leur connotation négative et se transforment en modalités indispensables pour (re)penser la contemporanéité et pour rester engagé de manière critique dans les domaines artistique, intellectuel et politique.

Si la notion de régression traverse l’ensemble de l’oeuvre de Pasolini, elle recouvre différentes formes qui vont de la recherche d’une langue maternelle originaire, dans ses premiers poèmes frioulans, à la formulation du discours indirecte libre comme moyen d’accéder aux classes subalternes ; du choix du cinéma comme langage immédiat de la réalité à celui du mythe comme condition symbolique antérieure au logos ; de la critique de l’homologation produite par le néocapitalisme contemporain à la nostalgie d’un passé fasciste qui laissait, malgré tout, subsister des espaces non contaminés par le pouvoir et le progrès. A travers cette volonté régressive Pasolini poursuit avant tout le rêve d’une langue plus “réelle”, c’est-à-dire autre, non cultivée, en deçà ou en dehors de l’histoire où se perd “la force originaire de l’homme”.

Le poète est, selon Pasolini, précisément celui qui sait se faire l’interprète de cette altérité, celui qui est dans l’histoire pour témoigner d’une vérité poétique qui se tient en dehors de l’histoire – du cours de l’histoire linéaire et progressive que suit la civilisation occidentale – et qui s’oppose à elle. Cela conduit le poète, dans les dernières années de sa vie, vers des positions politiques qui rompent avec son ancienne inspiration marxiste et qui paraissent plutôt liées à une forme d’anti-modernité qui constitue l’une des composantes les plus fortes et les plus provocatrices de son œuvre. Mais le refus du paradigme de la modernité – développement, consommation, homologation linguistique et socio-culturelle etc. – constitue aussi, paradoxalement, l’un des aspects les plus modernes et vivants de l’œuvre de Pasolini, notamment lorsque ce refus est mis en relation avec sa volonté délibérée de se placer dans des situations d’échec.

A la différence du concept de régression, la notion d’échec apparaît dans l’œuvre de Pasolini surtout à partir de la deuxième moitié des années 1960 comme choix programmatique de se placer en dehors de tout canon esthétique et idéologique, en valorisant, par exemple, l’inachevé plutôt que l’accompli, ce qui répugne plutôt que ce qui attire ou rassure, ce qui apparaît inacceptable plutôt que ce qui recueille le consentement. Ainsi, de Pilade à Petrolio, de Trasumanar e organizzar à Porno-Teo-Kolossal en passant par La Divina mimesis Pasolini met en scène le lien entre une interprétation de l’échec comme choix existentiel permettant de ne pas se compromettre avec le pouvoir et la dimension régressive de son écriture ou encore l’absence de cohésion de ses textes. Dans ce choix semble s’affirmer une forme nouvelle et paradoxale d’engagement qui pourrait anticiper certains aspects fondamentaux de la mouvance queer, notamment dans quelques-unes de ses expressions les plus récentes. Tout d’abord une conception de l’homosexualité et du masochisme comme positionnement excentrique à partir duquel pouvoir conduire une critique de l’ordre hétéronormé du sexe, du genre et de la (re)production. Ensuite, l’adhésion à une temporalité “autre” qui n’est ni téléologique ni tournée vers le futur, mais plutôt circulaire, répétitive, inversée, à laquelle il est possible d’attribuer une valeur profondément anti-sociale, du moins eu égard aux catégories du social qui sont aujourd’hui les plus répandues et valorisées.

S’il est possible de faire dialoguer la notion d’échec pasolinienne et la réflexion sur le masochisme de Leo Bersani, la réélaboration du concept de pulsion de mort et la critique du “futurisme reproductif” de Lee Edelman ainsi que la queer art of failure proposée par Jack Halberstam, est-il possible de lire dans une perspective queer les différentes formulations pasoliniennes de la régression ? Et peut-on considérer que la conjonction de régression et d’échec répond à une stratégie qui rejoint certaines expressions des pensées féministe, post-coloniale et dé-coloniale ? Dans quel sens les aspects anti-dialectiques de la pensée de Pasolini peuvent-ils être mis dans un rapport critique avec la tradition de pensée anti-moderne qui va de Friederich Nietzsche à Roland Barthes en passant par Walter Benjamin Jean Genet et Georges Bataille ? Peut-on dire, comme le propose Georges Didi Hubermann que le Pasolini apocalyptique est un artiste désespéré chez qui la régression est synonyme de fermeture nihiliste et l’échec synonyme de la disparition de toute forme d’imagination politique ? Ou au contraire, ne devrait-on pas plutôt interpréter l’anti-modernité du dernier Pasolini à la lumière de la notion nietzschéenne d’amor fati qu’Antoine Compagnon indique comme le dénouement ou la requalification de la protestation des antimodernes de Julien Gracq à Roland Barthes ? Ce sont là quelques-unes des questions que ce colloque voudrait aborder tout en essayant d’explorer les modalités à travers lesquelles la régression et l’échec se croisent et s’entremêlent chez Pasolini, contribuant à définir les contours politiques et esthétiques de son œuvre et tous les aspects qui, dans celle-ci, relèvent de la dimension du désir.

Modalités

Le colloque est organisé par l’Équipe Littérature et Culture Italienne (ELCI, EA 1496) de l’Université Paris-Sorbonne et l’ICI Berlin Institute for Cultural Inquiry et se tiendra à l’Université Paris-Sorbonne. Les langues du colloque sont l’italien, le français et l’anglais et les communications auront une durée de 30 minutes. Les propositions, de 300 mots environs, assorties d’une brève notice bio-bibliographique, sont à adresser au plus tard le 30 novembre 2013 à s.fortuna@unimarconi.it, manuele.gragnolati@some.ox.ac.uk, christoph.holzhey@ici-berlin.org et davide.luglio@paris-sorbonne.fr . La confirmation de l’acceptation sera communiquée avant le 15 décembre 2013.


Responsable : Davide Luglio ELCI-EA 1496 Université Paris-Sorbonne

Url de référence :
http://etudesitaliennes.hypotheses.org/



Dernières annonces d'appels à contribution :

Kateb Yacine : Interactions culturelles, textuelles et artistiques

La Renaissance à Rouen : l’essor artistique et culturel dans la Normandie des décennies 1480-1530

Thomas Ostermeier. La réinvention de la mise en scène à la Schaubühne

L’esthétique de la résistance et de la relation dans les littératures africaine et antillaise

La violence dans le discours

Notion ou concept de passage : quelle pertinence en sciences du langage ?

La philosophie des Lumières aujourd’hui. Bilan et perspectives

Ut pictura poesis :  dialogues entre les arts à l’époque moderne (XVe-XVIIIe s.)    

Roman mystique, mystiques romanesques aux xxe et xxie s.

Études balkaniques, 2014: "interfaces culturelles Orient – Occident"

Identidades inestables. Avatares y evoluciones de la subjetividad en las narrativas ibéricas actuales  

Le cinéma de Jim Jarmusch

Le théâtre In-Yer-Face aujourd’hui : bilans et perspectives

Krypton, 4: "L'argent"

Figures et figurations de l'érotisme dans la poésie contemporaine (projet d'ouvrage collectif)

Between-Journal.it (2014): Technology, Imagination, Narrative Forms

La France en guerre (revue Lublin Studies in Modern Languages and Literatures)    

Les territoires du cinéma - cinéma et numérique

Le corps des émotions. À propos de la performativité des émotions dans l’histoire

De l’écrit à la scène

Autour des formes implicites: (1) argumentation et rhétorique, (2) pathologie, acquisition et didactique, (3) traductologie et linguistique contrastive 

Performing Grief - International Conference

Aux sources de la tradition narrative arabe. Les frontières du littéraire et le rôle des genres religieux, biographiques et historiographiques (VIIe-Xe siècles ap. J-C)

Capture d'écran

Mons et le Hainaut : terre d’idées, d’inventions et de cultures

Fil d'informations RSS Fil d'information RSS   Fabula sur Facebook Fabula sur Facebook   Fabula sur Twitter Fabula sur Twitter