Fabula, la recherche en littérature ()

LHT n° 8 : Le partage des disciplines

Appel à contribution de LHT

Information publiée le vendredi 4 septembre 2009 par Jean-Louis Jeannelle

Date limite : 1 novembre 2009

LHT n° 8 : Le partage des disciplines

Dossier coordonné par Nathalie Kremer

 

 

La littérature est-elle en mal de discipline ?

Dans l'histoire longue des rapports entre les différents champs du savoir depuis la Renaissance et l'histoire plus courte, plus rapide et plus agitée des partages disciplinaires qui ont conduit tout au long du xxe siècle les études littéraires à ne plus couvrir qu'un domaine d'application extrêmement restreint, se joue aujourd'hui l'avenir de nos objets d'étude.

Car par « discipline », il convient d'entendre d'une part un large système de répartition des domaines de connaissance, le plus souvent ignoré de ses propres usagers, et d'autre part un mode d'organisation sous-jacent à la production et à la transmission de pratiques, de discours et d'identités professionnels - autrement dit et tout à la fois : une répartition mentale n'évoluant que très lentement au cours des siècles et sans lignes de partage parfaitement nettes, mais aussi des politiques de recherche, des crédits et des bastions âprement défendus, mais aujourd'hui menacés dans leur existence.

Ce nouveau numéro de la revue LHT a pour but de réfléchir à ce partage disciplinaire dans son histoire aussi bien que dans son actualité. À l'heure où les disciplines se crispent en une délimitation anxieuse de champs de compétences et où la ritournelle de l'interdisciplinarité n'est pas loin d'apparaître comme une vaine excuse, il importe de s'interroger sur les raisons d'une telle situation, sur ses origines historiques et sur les réorganisations possibles ou souhaitables à l'avenir.

Que prétendons-nous étudier lorsque nous disons « faire de la recherche en littérature » ? Comment nous accommodons-nous des frontières institutionnellement établies entre notre discipline et toutes celles qui forment le champ aux contours eux-mêmes assez flous des « sciences humaines » ?

Avons-nous le sentiment que les champs institutionnels des études littéraires, de la philosophie, de l'histoire de l'art partagent une histoire commune ?

Comment et pourquoi le rêve d'une unification des disciplines formant les « sciences humaines » (sous l'égide de la linguistique dans les années 1970) a-t-il pris fin ? Ou faut-il penser qu'il revêt aujourd'hui d'autres formes et qu'il n'est pas caduc ?

On pourra s'interroger encore, et plus précisément, sur les lignes de partage qui structurent l'étude de la littérature depuis la fin du xixe siècle, éclatée en :

 

 

- littérature et langue – linguistique, grammaire ou stylistique

- littérature et théâtre, désormais pris en charge par les arts du spectacle

- littérature nationale et littérature comparée

- littérature française et francophonie

- littérature et philosophie

- littérature et arts

- littérature et science

 

On se demandera aussi quelle validité accorder à l'interdisciplinarité : régulièrement proclamé comme une nécessité, voire comme une évolution logique/nécessaire pour l'ensemble des études en sciences humaines, le concept d'interdisciplinarité est demeuré à peu près sans effets dans les différentes institutions qui ont en partage le savoir - et alors même que nombre de travaux individuels en ont tout aussi régulièrement illustré la fécondité (les travaux de Jean-Marie Schaeffer pour qui l'étude des textes est indissociable d'un savoir emprunté à l'anthropologie et aux sciences cognitives, l'inspiration esthétique de la poétique chez Genette, le « tournant juridique » de la déconstruction américaine ou encore le courant des Cultural Studies n'en sont que quelques exemples).

On proposera enfin d'établir des parallèles entre les découpages disciplinaires à l'oeuvre dans d'autres aires culturelles : le comité de lecture de Fabula-LHT accueillera volontiers des contributions traitant des aspects institutionnels de la question dans tel ou tel pays mis en rapport avec la situation française.

 

Les projets d'article (3000 signes maximum) sont à adresser par mail avant le 1er novembre 2009 à Nathalie Kremer (Nathalie.Kremer@arts.kuleuven.be) et Jean-Louis Jeannelle (jeannelle@fabula.org), qui les soumettront anonymement au comité de lecture de la revue. Les articles seront à remettre le 31 janvier 2010.


Responsable : Nathalie Kremer



Dernières annonces d'appels à contribution :

Kateb Yacine : Interactions culturelles, textuelles et artistiques

La Renaissance à Rouen : l’essor artistique et culturel dans la Normandie des décennies 1480-1530

Thomas Ostermeier. La réinvention de la mise en scène à la Schaubühne

L’esthétique de la résistance et de la relation dans les littératures africaine et antillaise

La violence dans le discours

Notion ou concept de passage : quelle pertinence en sciences du langage ?

La philosophie des Lumières aujourd’hui. Bilan et perspectives

Ut pictura poesis :  dialogues entre les arts à l’époque moderne (XVe-XVIIIe s.)    

Roman mystique, mystiques romanesques aux xxe et xxie s.

Études balkaniques, 2014: "interfaces culturelles Orient – Occident"

Identidades inestables. Avatares y evoluciones de la subjetividad en las narrativas ibéricas actuales  

Le cinéma de Jim Jarmusch

Le théâtre In-Yer-Face aujourd’hui : bilans et perspectives

Krypton, 4: "L'argent"

Figures et figurations de l'érotisme dans la poésie contemporaine (projet d'ouvrage collectif)

Between-Journal.it (2014): Technology, Imagination, Narrative Forms

La France en guerre (revue Lublin Studies in Modern Languages and Literatures)    

Les territoires du cinéma - cinéma et numérique

Le corps des émotions. À propos de la performativité des émotions dans l’histoire

De l’écrit à la scène

Autour des formes implicites: (1) argumentation et rhétorique, (2) pathologie, acquisition et didactique, (3) traductologie et linguistique contrastive 

Performing Grief - International Conference

Aux sources de la tradition narrative arabe. Les frontières du littéraire et le rôle des genres religieux, biographiques et historiographiques (VIIe-Xe siècles ap. J-C)

Capture d'écran

Mons et le Hainaut : terre d’idées, d’inventions et de cultures