Fabula, la recherche en littérature (agenda)

Jean Echenoz, Jeux de fiction & fictions de Je

Evénement

Information publiée le vendredi 14 août 2009 par Julia Peslier (source : Hugues Bachelot)

Du 24 septembre 2009 au 27 septembre 2009, Guéret, Creuse

Jean Echenoz, Jeux de fiction & fictions de Je

Depuis son premier livre (Le Méridien de Greenwich, 1979), Jean Echenoz a publié une dizaine de romans aux Éditions de Minuit. En 2001, à la mort de leur directeur, il écrit un portrait – Jérôme Lindon – qui, chez cet écrivain très discret, vaut presque autoportrait. Cette fidélité aux Éditions de Minuit montre à quel point Jean Echenoz recueille, en le transformant, l'héritage du Nouveau Roman. Reprenant son matériau littéraire et son esprit d'expérimentation, il en renouvelle le romanesque en renouant avec le plaisir de l'intrigue et de l'action. En effet, si ses romans s'attachent à la reprise des codes génériques de toute une tradition du roman d'aventures ou d'espionnage, du polar (L'Équipée malaise en 1986, Lac en 1989, Un an en 1997), c'est pour saboter joyeusement tous ces topoï d'une littérature de masse : il subvertit les poncifs en mélangeant allègrement les genres et fusionnant les sous-genres dans une réécriture de l'hybridité.

Ses fictions, qui multiplient et mêlent les références, puisent aussi à l'imaginaire cinématographique et à l'aura de ses icônes (Les Grandes blondes, 1995) : la forme script de l'écriture dans certaines évocations, la technique du montage pour régler la temporalité ainsi que la structure romanesques doivent beaucoup au cinéma. Mais le roman intègre aussi la bande sonore de la musique du jazz qui rythme la vie moderne (Cherokee, 1983) dans une écriture de la variation, de la syncope, de la dissonance. Avec Au piano en 2003, l'écrivain acquiert une pleine liberté de virtuose.

Jean Echenoz dit écrire des « romans géographiques » et en effet le décor l'emporte bien souvent sur l'histoire (Ravel, 2006). Le roman arpente l'espace citadin d'aujourd'hui : quartiers et banlieues chaotiques de Paris, zones intermédiaires du vide et de l'errance. Il parcourt aussi la planète entière voire l'espace (Nous trois, 1992). Le titre du roman Je m'en vais, Prix Goncourt en 1999, semble ainsi programmer l'ensemble de cette oeuvre véloce dont la mobilité est la règle et dont rend compte la rapidité de l'écriture (Courir, 2008).
Peuplées d'objets banals d'une étrange drôlerie, de curieuses machines à fabriquer des leurres, d'une humanité interlope de personnages désoeuvrés et dérisoires, de détectives gaffeurs, de héros fatigués et flottants, les fictions multiplient les temps morts, les lieux, les rencontres, les assemblages improbables, les personnages incongrus quant ils ne sont pas purement chimériques. Ainsi le roman – ludique – fait voler en éclats, en trompe-l'oeil, en images et en reflets, toutes les conventions réalistes dans des fictions étonnamment profondes sous leur dehors ironique et distancié.


Agnès Castiglione

PARTICIPANTS AUX RENCONTRES

Écrivains & Poètes :

Florence Delay
Bernard Blot
Vincent Delecroix
Olivier Cadiot
Jean-Baptiste Harang
Patrick Kéchichian
Éric Laurrent
Pierre Michon
Christian Oster


Universitaires & Critiques :

Agnès Castiglione
Christine Jérusalem
Olivier Bessard-Banquy
Bruno Blanckeman
Bernard Cerquiglini
Bertrand Hirsch
Michael Sheringham
Dominique Viart
Michel Volkovitch

Comédiens & musiciens :
Thierry Bouguignon
Jean-Christophe Cochard
Sétphane Godefroy
Philippe Lopes
Lionel Melot
Daniel Mesguich
Jean-Luc Perrot

Plasticiens :
Jean-Luc Bertini
Marinette Cueco
Henri Cueco
Jean Le Gac
Gérard Titus-Carmel

Libraires & éditeurs :

Irène Lindon
Yvon Girard
Catherine Martin-Zay
Anne & Jean-Paul Tingaud


PROGRAMME DES RENCONTRES DE CHAMINADOUR 2009

Samedi 19 septembre :

à la Maison Jouhandeau | - 15 heures -
L'Heure expressive de Marcel Jouhandeau, création musicale, lectures et harmonium, mise
en scène par Philipe Lopes pour trois comédiens / avec le concours de la FDT Creuse

Jeudi 24 septembre:

au Lycée Pierre Bourdan | - 17 heures -
Intervention de Jean Echenoz, Pierre Michon, Agnès Castiglione

à l'Espace Fayolle - la Fabrique | - 20 heures -
Concert pour le trentième anniversaire de l'Association des Amis de l'Orge de Guéret / payant

Vendredi 25 septembre :


à l'Espace Fayolle - la Fabrique |
- 9 heures -
Bruno Blanckeman : « À courir pour courir ( Jean Echenoz, écrivain ) »
- 10 heures -
Giorgio Pinotti : « Jean Echenoz victime des " motamoteurs " »
- 11 heures -
Michael Sheringham : « Un Romanesque de l'esquive »
- 14 heures -
Dominique Viart : « Jean Echenoz, réflexions dans les marges »
- 15 heures -
Olivier Bessard-Banquy : « Les tropismes asiatiques de Jean Echenoz »
- 16 heures -
Michel Volkovitch : « D'Arbogast à Zatopek, les noms des personnages »

au Musée de la Sénatorerie | - 18 heures 30 -
Inauguration de l'exposition « La leçon du miroir » de Gérard Titus-Carme

au Cinéma Le Sénéchal | - 21 heures -
Jean Echenoz  film réalisé par Pascale Bouhémic, 1998
suivi de Pascale Bouhémic, Jean Echenoz, les Après-midis , 2009

Samedi 26 septembre:


à l'Espace Fayolle - la Fabrique |
- 9 heures 30 -
Jean Le Gac, Jean-Pierre Mourey : « Le récit et la fiction selon Jean Le Gac »
- 10 heures 30 -
Bertrand Hirsch : « Un jour, Echenoz, sur le Niger... »
- 11 heures -
Christine Jérusalem : « Images de la mélancolie, mélancolie des images chez Jean Echenoz »
- de 14 à 18 heures -
Table Ronde : « Jean Echenoz, entre jeux de fiction et fictions de Je »
Modérateur, Pierre Michon. Avec :
Florence Delay, Olivier Cadiot, Jean Echenoz, Christian Oster, Patrick Kéchichian, Éric Laurrent, Jean-Baptiste Harang, écrivains & poètes
Agnès Castiglione, Christine Jérusalem, Olivier Bessard-Banquy, Bruno Blanckeman,
Bertrand Hirsch, Michael Sheringham, Jean-Pierre Mourey, Giorgio Pinotti, Dominique Viart, Michel Volkovitch, universitaires & critiques
Irène Lindon, Yvon Girard, Catherine Martin-Zay, Anne et Jean-Paul Tingaud, éditeurs & libraires
Pascale Bouhénic, Marinette et Henri Cueco, Jean-Luc Bertini, Stéphane Godefroy, Daniel Mesguich, Gérard Titus-Carmel, Jean Le Gac, cinéaste, comédiens & plasticiens
- 21 heures -
Lectures, Daniel Mesguich accompagné au piano par Lionel Melot

Dimanche 27 septembre :


dans les rues de Guéret | - 11 heures -
Cavalcade « La fête du boeuf gras », défilé d'un boeuf du Limousin enguirlandé et de tous les participants aux Rencontres 2009. Musique : Thierry Bourguignon

à la Maison Jouhandeau | - 14 heures 30 -
Lectures de Bernard Blot, Jean Christophe Cochard, Stéphane Godefroy

au Mouthier d'Ahun | - de 18 heures à minuit -
L'intégral des Vies minuscules de Pierre Michon mise en scène par Jean-Christophe Cochard


Responsable : Hugues Bachelot

Url de référence :
http://www.rencontres-chaminadour.com/

Adresse : 10 rue Joseph Ducouret 23000 Guéret



Dernières annonces d'événements :

Traduire, transposer, transmettre 2. Les études classiques à l’ère numérique

Lire & publier en temps de guerre

Séminaire "Science et littérature", séance 22 avril 2014, Biosémiotique : vivre, signifier, lire

"Chercheurs en chantier" : Doctoral Day on Vladimir Nabokov

Jean de Meun et la culture médiévale : littérature, art, science & société aux derniers siècles du Moyen Âge

Le latin chez les philosophes du XVIIème siècle (Conférence de J.-R. Armogathe)

Séminaire Philoséries “Lost in Philosophy” (printemps 2014)

« La fabrique du grand homme ». La carrière posthume d'Agrippa d'Aubigné

Space, Time and Language in Plutarch's Visions of Greek Culture

Les processus de création au théâtre

Le style de la science

La Première Guerre mondiale et la langue. Approches croisées  

"Vita nova - la vie comme texte"

Jean Giono : le discours du roman & ses figures

L'histoire du concept d'imagination en France (1945-2014)

Les migrations littéraires (Séminaire)

Conférence de Roberto Calasso "La superstition de la société" dans le cadre des "Conférences René Girard"

Formes et dispositions d’écriture dans le théâtre contemporain.Gestes et écritures dans les arts contemporains #2

Création artistique et (in)achèvement

Aspects de la fête dans les années 1920 et 1930

Esthétique de la ruine, poïétique de la destruction. La ruine faite œuvre ou l’œuvre en ruine

Mondes possibles, mondes numériques : enjeux et modalités de l’immersion fictionnelle   

La France de solidarités (Mai 1968-Mai 1981): Littérature-Cinéma-discours

Sherlock Holmes: un nouveau limier pour le XXIe siècle (colloque de Cerisy)

Barbey d'Aurevilly, bilan critique (colloque de Cerisy)

Fil d'informations RSS Fil d'information RSS   Fabula sur Facebook Fabula sur Facebook   Fabula sur Twitter Fabula sur Twitter