Fabula, la recherche en littérature (actu)

E. de Ipola, Althusser, l'adieu infini

Parution livre

Information publiée le mardi 20 novembre 2012 par Marc Escola



_blank

Althusser, l'adieu infini
Emilio de Ipola

Etienne Balibar (Préfacier), Marie Bardet (Traducteur)

DATE DE PARUTION : 16/05/12 EDITEUR : PUF COLLECTION : pratiques théoriques ISBN : 978-2-13-058161-1 EAN : 9782130581611 PRÉSENTATION : Broché NB. DE PAGES : 130 p. 16 €

Le destin de l'oeuvre d'Althusser fut très singulier. D'une part, il a été le premier et l'unique penseur marxiste de haut vol que la France produisit dans toute son histoire. Au milieu des années soixante, lors de la parution de ses oeuvres classiques, Althusser acquit un prestige qui semblait inébranlable. De nouvelles perspectives, de nouveaux concepts, des rapports solides avec des disciplines voisines (la psychanalyse, l´anthropologie, etc.) se sont ouvertes moyennant une lecture rigoureuse de l'oeuvre de Marx.
Mais cet éclat ne dura pas longtemps. Dès le début des années soixante-dix, son nom a été associé, ne serait-ce que par simple proximité chronologique, à la crise du marxisme puis à l'effondrement des régimes de l'Est. L'oeuvre du philosophe fut dès lors stigmatisée et jetée, après sa mort en 1990, aux oubliettes. Deux faits vinrent changer la situation : la publication posthume de son autobiographie et celle - encore en cours - de ses textes inédits.
La sincérité avec laquelle il décrit une vie jalonnée de soucis théoriques et de périodes de dépression émut profondément les lecteurs. Enfin, la publication des inédits fit naître un intérêt passionné pour son oeuvre.

Sommaire:

LE PASSE, CET ETRANGE PAYS
L'ALTHUSSER "CLASSIQUE" ET SES LAPSUS
Cause de la structure
Le sujet en cause
La querelle du structuralisme
LES PIEGES DE L'IDEOLOGIE
L'HEURE SOLITAIRE
Le facteur Machiavel
Subjectivité et politique chez Althusser

 




Derniers ouvrages parus :

B. Bonhomme & Tr. Hordé (dir.), Jude Stéfan, le festoyant français

H. Haberl & A.-M. Pailhès, Jardins d’Allemagne. Transferts, théories, imaginaires

I. Jablonka (dir.), L'Enfant-Shoah

N. de Cues, Le "Pouvoir-est" (1460), nouv. trad.

A. Jenni (dir:), Le Monde au XXIIe siècle. 

J. Lorrain, Vingt Femmes

Cl. Leroy, Dans l'atelier de Cendrars (rééd.)

A. Burgess, Mais les blondes préfèrent-elles les hommes ?

B. Quinquis, L'Antiquité chez Albert Camus

R. Lebel, L'Afrique occidentale dans la littérature française (depuis 1870)

Chr. Duggan, Ils y ont cru. Une histoire intime de l'Italie de Mussolini

J. Chénieux-Gendron, Surréalismes. L’esprit et l’histoire

J. Chénieux-Gendron, Inventer le réel. Le Surréalisme et le roman (1922-1950)

J.-F. Ekoungoun, Ahmadou Kourouma par son manuscrit de travail. Enquête au coeur de la genèse d'un classique

E. Dussault, L'Invention de Saint-Germain-des-Prés

N. Bouvier, L'Usage du monde

J. Prévost, L'Affaire Berthet

Madame de Lafayette, Œuvres complètes (C. Esmein, éd.)

V. Soula, Histoire littéraire de la Nouvelle-Calédonie (1853-2005)

E. Batur, Route serpentine

B. Diallo, Ecritures, réécritures, enjeux dans le roman guinéen

J.-F. Bédia, Ahmadou Kourouma : romancier de la politique africaine de la France. Un écrivain et critique engagé en situation postcoloniale

St. Dumas, Les Peaux créatrices. Esthétique de la sécrétion

A. Wall, La place du lecteur. Livres et lectures dans la peinture française du XVIIIe siècle

D. Heller-Roazen, Le cinquième marteau. Pythagore et la dysharmonie du monde  

Fil d'informations RSS Fil d'information RSS   Fabula sur Facebook Fabula sur Facebook   Fabula sur Twitter Fabula sur Twitter