Fabula, la recherche en littérature (actu)

Agone n°45 : "George Orwell, entre littérature et politique"

Parution revue sur Internet

Parution : avril 2011.

Information publiée le dimanche 3 avril 2011 par Arnaud Welfringer



_blank

Agone n°45 : George Orwell, entre littérature et politique

  • 224 pages - 20.00 euros
  • ISBN : 978-2-7489-0131-3

En ligne:


Numéro issu du premier colloque consacré à George Orwell en France, à l'université de Lille III, en mars 2010 : « Orwell, une conscience politique du XXe siècle ».

Orwell n'a peut-être pas été ce prophète que d'aucuns aimeraient voir en lui, mais sa critique de la gauche offre toujours une base à partir de laquelle repenser la crise des gauches contemporaines. L'honnêteté sans faille de cette critique, la haine de tout ce qui prend l'apparence du politique en éludant les vraies questions ne nécessitent qu'un léger ajustement aujourd'hui.
Ce qui mérite d'être ravivé, dans ce monde mielleux de tolérance, de réforme modeste et de gauche « propre sur elle », c'est la colère qu'Orwell puisait dans sa haine de l'indécence. La disparition des pauvres et des parias du discours politique montre que la gauche, au bout du compte, accepte les distinctions de classe. Il nous faut réapprendre auprès d'Orwell cette décence qui naît de la colère : son indignation face à l'état du monde, mais également face aux excès des intellectuels de gauche, qui, à bien des égards, ont l'indécence d'ignorer le « peuple » et ses contradictions.

SOMMAIRE

Orwell le moderniste, Patricia Rae
Comme John Rodden nous l'a rappelé dans un livre novateur publié en 1989 sur la réputation de George Orwell, quantité d'étiquettes lui ont été appliquées : « La Voix de la Vérité », « le Rebelle », « l'Homme ordinaire », « le Prophète », « l'Homme vertueux », ou encore « le Saint ». Les critiques en ont ajouté une myriade d'autres, souvent contradictoires en apparence : le Socialiste, le Libéral, le Conservateur, l'Anarchiste Tory. Dans cet article, je me propose d'ajouter à cette liste une épithète qui pourrait même réconcilier certaines de ces appellations contradictoires : le Moderniste. Selon moi, Orwell a sa place aux côtés d'auteurs comme Joseph Conrad, James Joyce, T.S. Eliot, T.E. Hulme et Ezra Pound, qui sont autant de figures canoniques du modernisme littéraire anglo-américain.

Ni anarchiste ni tory. Orwell et « la révolte intellectuelle », Jean-Jacques Rosat
Qu'est-ce qui a détourné Orwell de l'anticonformisme de droite d'un Swift ou d'un Waugh, un destin politique qui était particulièrement probable étant donné ses origines sociales, son éducation, et ce qu'il était à dix-huit ans ? (On se souvient du portrait qu'il a rétrospectivement tracé de lui-même : « À dix-sept, dix-huit ans, j'étais à la fois un petit snob poseur et un révolutionnaire. Je n'hésitais pas à me parer de la qualité de "socialiste", mais il m'était toujours impossible de me représenter les ouvriers comme des êtres humains. J'ai l'impression d'avoir passé une moitié de mon temps à vilipender le système capitaliste, et l'autre moitié à pester contre les receveurs d'autobus. »)
À mon avis, trois choses au moins l'ont détourné de cette trajectoire : (1) un ensemble de sentiments moraux et sociaux égalitaires, profondément enracinés dans sa propre expérience ; (2) un rapport politique, et non intellectuel ou théorique, au politique : son souci premier n'était pas les idées mais la volonté et l'action ; (3) une analyse rationnelle de l'état du monde en 1936.

Le peuple d'Orwell, John Crowley & S. Romi Mukherjee
La référence au « peuple » est omniprésente dans l'oeuvre d'Orwell, aussi bien dans ses romans que dans ses essais et articles. Une certaine idée du « peuple » est sous-jacente à ses nombreuses remarques sur des entités collectives plus concrètes comme la classe ouvrière ou la classe moyenne, ou sur des figures représentatives comme le travailleur, l'homme de la rue ou « celui qui gagne cinq livres par semaine », ou encore sur des notions comme celles de décence commune et de sens commun.
Pourtant, loin d'être systématique ou même cohérent, le populisme politique d'Orwell est avant tout un espace conflictuel, un espace de lutte. Cette lutte résulte de son refus d'invoquer un « peuple » abstrait, messianique et utopique, et de son attention constante aux hommes et aux femmes tels qu'ils sont, à leurs odeurs, leurs angoisses, leur laideur et leurs espoirs. Cette lutte représente bel et bien la tentative opiniâtre d'Orwell pour affronter l'impossibilité apparente d'une conscience politique véritable.

George Orwell et la question palestinienne, Giora Goodman
Cet article analyse l'attitude de George Orwell vis-à-vis du sionisme et de la question palestinienne - un sujet qui, aujourd'hui comme de son vivant, n'est pas sans susciter émotions et controverses au sein des milieux de gauche. Si quelques études ont été publiées sur son attitude par rapport aux Juifs et à l'antisémitisme, il reste que sa position sur la question palestinienne mérite qu'on y regarde de plus près, principalement pour deux raisons. Premièrement, sur ce sujet comme sur d'autres, les opinions d'Orwell - où domine l'antisionisme - le plaçaient en porte-à-faux par rapport à beaucoup d'intellectuels de gauche de son époque, qui comptaient pour certains parmi ses amis les plus proches, et pour d'autres parmi ses alliés politiques. D'autre part, il a exprimé ces opinions alors que le conflit palestinien connaissait une véritable flambée en cette dernière décennie du mandat britannique - moment historique clef dont, faut-il le rappeler, les conséquences se font sentir aujourd'hui encore.

L'anticolonialisme de George Orwell et Bertrand Russell, Olivier Esteves
Je propose d'étudier ici la pensée anticolonialiste de ces deux intellectuels, en prenant en compte le contexte historique dans lequel chacun d'eux a ­évolué : en effet, si Russell a été témoin de la guerre des Boers (1899-1902) avant de pourfendre, une soixantaine d'années plus tard et notamment pendant sa période dite « guévariste », l'impérialisme américain au Vietnam, l'anticolonialisme d'Orwell s'est surtout nourri de son expérience en Birmanie (1922-1927) et de celle des années 1920 et 1930, avant qu'il puisse assister, au soir de sa vie, à la partition de l'Inde (1947). On n'oubliera pas que, malgré toutes les affinités qui seront relevées, la question de l'Empire est proprement centrale chez Orwell, tandis qu'elle se trouve, chez Russell, en quelque sorte subsumée dans une réflexion plus générale sur des questions aussi diverses que la technologie et l'industrialisme, le libre-échange, les droits de l'homme, la nature du pouvoir, la démocratie et l'internationalisme.

La fabrication d'une icône : « Orwell l'européen », Christophe Le Dréau
Au mois de janvier 1947, la rédaction de Partisan Review envoie une ­proposition éditoriale à quelques auteurs qui incarnent la gauche anti­stalinienne : Arthur Koestler, James Burnham, Granville Hicks, Arthur Schlesinger, Victor Serge et George Orwell. Elle leur demande d'y ­répondre sous la forme de contributions qui sont toutes publiées sous un titre ­identique, « The Future of Socialism ».
Au-delà du sous-titre « Toward European Unity », à première vue sans ambiguïté et qui résonne comme un programme, le contenu de l'article d'Orwell est assez problématique. Il défend avant tout le socialisme et George Orwell s'y montre assez critique à l'égard de l'Europe : s'il approuve le slogan « États-Unis d'Europe », il ne croit absolument pas à sa réalisation ; c'est pour lui un beau rêve, un slogan parfait mais utopique. Donc, si l'unité européenne pourrait être un moyen, elle n'est en aucun cas une fin. L'unité européenne n'est pas bonne en soi ; elle serait bonne si elle devenait le moyen d'imposer le socialisme démocratique en Europe.

French Orwellians ? La gauche hétérodoxe et la réception d'Orwell en France à l'aube de la guerre froide, François Bordes
Dans l'étrange et spectaculaire reconnaissance de la figure d'Orwell, le patient travail de lecture et d'interprétation, les enquêtes minutieuses que peuvent mener les historiens et les philosophes avec leurs modestes moyens restent d'une évidente nécessité. À son échelle, le présent article propose d'apporter quelques éléments sur la réception d'Orwell en France à l'aube de la guerre froide, de 1945 à 1948. Il espère ainsi éclairer un peu cette « énigme » que constitue la situation longtemps faite en France à cette oeuvre majeure.
Existe-t-il un courant orwellien en France ? George Orwell, cette grande « conscience politique du XXe siècle », a longtemps été méconnu en France où son oeuvre fut le plus souvent réduite à 1984. Ce n'est qu'à partir du « moment antitotalitaire » des années 1970 et du chantier éditorial lancé par les éditions Champ libre que la situation d'Orwell s'est réellement « débloquée ». Il faut donc repartir de ce moment-là.

Un peu partout avec G. Orwell, interview de George Orwell par William G. Corp

HISTOIRE RADICALE

Lewis Mumford, philosophe de l'environnement, présentation par Charles Jacquier

Pour une technologie démocratique, Lewis Mumford

Lewis Mumford, un écologiste nord-américain oublié, Ramachandra Guha


Url de référence :
http://atheles.org/agone/



Derniers ouvrages parus :

F. De Poli, Un Maître caché. Étude du leopardisme de Montale

B. Chikhi & A. Douaire-Banny (dir.), Kateb Yacine, au cœur d'une histoire polygonale

C. Renard (dir.) Wang Bing

Théophile Gautier, Ménagerie intime, La Nature chez elle, Feuilletons divers (1833-1837)

F. Vallotton, Les batailles du livre. L'édition romande, de l'âge d'or à l'ère numérique

F. Tinguely, Le Voyageur aux mille tours. Les ruses de l’écriture du monde à la Renaissance

B. Bonhomme & Tr. Hordé (dir.), Jude Stéfan, le festoyant français

H. Haberl & A.-M. Pailhès, Jardins d’Allemagne. Transferts, théories, imaginaires

I. Jablonka (dir.), L'Enfant-Shoah

N. de Cues, Le "Pouvoir-est" (1460), nouv. trad.

A. Jenni (dir:), Le Monde au XXIIe siècle. 

Pierre Bayle, Correspondance de Pierre Bayle, vol.XI: août 1697 – décembre 1698, Lettres 1281-1405

J. Lorrain, Vingt Femmes

Cl. Leroy, Dans l'atelier de Cendrars (rééd.)

A. Burgess, Mais les blondes préfèrent-elles les hommes ?

B. Quinquis, L'Antiquité chez Albert Camus

R. Lebel, L'Afrique occidentale dans la littérature française (depuis 1870)

Chr. Duggan, Ils y ont cru. Une histoire intime de l'Italie de Mussolini

J. Chénieux-Gendron, Surréalismes. L’esprit et l’histoire

J. Chénieux-Gendron, Inventer le réel. Le Surréalisme et le roman (1922-1950)

J.-F. Ekoungoun, Ahmadou Kourouma par son manuscrit de travail. Enquête au coeur de la genèse d'un classique

E. Dussault, L'Invention de Saint-Germain-des-Prés

N. Bouvier, L'Usage du monde

J. Prévost, L'Affaire Berthet

Madame de Lafayette, Œuvres complètes (C. Esmein, éd.)

Fil d'informations RSS Fil d'information RSS   Fabula sur Facebook Fabula sur Facebook   Fabula sur Twitter Fabula sur Twitter