Fabula, la recherche en littérature (debats)

"AERES : en finir avec l’agence de notation de l’enseignement supérieur et de la recherche", par C. Topalov (16/5/13)

Points de vue et débats

Information publiée le vendredi 17 mai 2013 par Marc Escola


AERES : en finir avec l’agence de notation de l’enseignement supérieur et de la recherche,

par Christian Topalov, directeur d’études à l’EHESS

AERES : en finir avec l’agence de notation de l’enseignement supérieur et de la recherche.

La sénatrice chargée du rapport sur le projet de loi sur l’enseignement supérieur et la recherche, Mme Dominique Gillot, a annoncé récemment que la suppression de l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES), prévue par le texte du gouvernement, devrait encore faire l’objet d’un « débat » : « Nous n’avons pas entendu, dit-elle, de demande de suppression de cette évaluation au sein de la communauté universitaire. »
Étrange surdité : s’il est une institution née du dit « pacte pour la recherche » de 2005 qui suscite la protestation générale, c’est bien celle-là. C’est en 2007 que l’AERES a été mise en place : après cinq années d’expérience, universitaires et chercheurs savent assez bien maintenant comment fonctionne et à quoi sert cette agence. C’est d’abord un bref bilan de leur expérience commune que je voudrais proposer.

Noter, c’est pour exclure
Il est bon de commencer l’histoire par la fin, car c’est seulement en 2011 que le rôle de l’AERES dans la restructuration de l’université française est apparu dans toute son ampleur : au moment de la mise en place des « laboratoires d’excellence » (labex) et des « initiatives d’excellence » (idex) à qui reviendraient les ressources virtuelles du « grand emprunt ». Au moment donc, où le gouvernement de M. Sarkozy a voulu imposer le partage entre les « excellents » et les autres, entre les gagnants et les perdants, les vainqueurs et les vaincus, dans la concurrence libre et non faussée qui devrait désormais régir ce que nous pensions être un service public.
Je serai bref sur les « jurys internationaux » chargés de sélectionner les candidats : nommés par le ministère (sous les espèces de l’Agence nationale pour la recherche) pour entériner les choix du ministère, leurs moindres erreurs était corrigées par des coups de téléphone bien placés, leur rôle se bornant à vérifier que les projets étaient rédigés dans la langue du nouveau management de la science : « gouvernance resserrée », « innovation thématique », « démarche qualité ». Dans les communautés scientifiques concernées, y compris parmi les candidats, ces caricatures de jury étaient d’ailleurs l’objet d’un scepticisme général, voire d’un mépris mérité.

Et l’AERES dans cette affaire ? C’est une agence d’évaluation indépendante, expliquait-on, ses avis ont pour seul but de vous aider à vous évaluer vous-mêmes et ainsi à vous améliorer constamment, elle n’a rien à voir avec les autorités qui prennent des décisions de financement. Sauf qu’il était bien clair lorsque furent rédigés, dans la précipitation générale, les projets pour les « initiatives d’excellence » que seules des unités notés A+ ou A par l’AERES pouvaient entrer dans un « labex ». Bien clair aussi qu’au sein des établissements composant les super-universités du futur (les « idex »), seul un « périmètre d’excellence » bénéficierait de la manne du grand emprunt. Et pour être inclus dans le dit périmètre, bien sûr, il fallait avoir été noté A+ ou A. Etait ainsi instaurée une concurrence au couteau non seulement entre établissements, mais aussi à l’intérieur de chacun d’eux. Certains présidents d’université l’ont bien compris, qui commencent à moduler les ressources de leurs unités de recherche en fonction de la note de l’AERES.

Les « initiatives d’excellence » nous ont donc appris quelque chose d’important : quand l’AERES note, c’est pour exclure. Toutes les agences de notation du monde se ressemblent, à cet égard : les notes de Moody’s et Standard & Poor’s sont performatives. Lorsque celle d’un État ou d’une entreprise est dégradée, le coût de ses emprunts s’élève et ses difficultés s’accroissent. Une agence de notation a toujours raison.

 

Lire la suite sur le site de SLU

Ou télécharger ci-dessous le texte au format pdf.


Document joint : http://www.fabula.org/actualites/documents/57112.pdf



Points de vue et débats :

"Le changement à l’Université et dans la Recherche, c’est maintenant ?" (pétition, France)

Pétition contre le projet Peillon de casse des statuts des enseignants (mars 2014)

Une nouvelle loi sur l’école qui s’inspire de la LRU (SLU 09/03/14)

Non à l’austérité et au "pacte de responsabilité". Communiqué de l'intersyndicale de l'ESR. Grève et manifestation le 18 mars 2014

10e section du CNU : Motion sur le projet de décret portant sur le statut des enseignants-chercheurs  

Motions de la 11e section du CNU, 30 janvier 2014

Medef et gouvernement prêts au « copilotage » des formations" (entretien G. Fioraso-P. Gattaz)

"Les dessous de la Sorbonne à Abou Dhabi en procès" (Le Monde, 22/11/13)

Affaire de l'annulation de l'élection d'un professeur à l'univ. de Strasbourg: suite 

Newsletter de SLU, oct. 2013: "Brumaire, an VI de la loi LRU"

N'autre école n°36: La pédagogie contre le sexisme

L’Espace Numérique de Travail confié à une entreprise de conseil en GRH (Questions de classe(s), 26/09/13)  

R. Bodin, S. Orange, L'université n'est pas en crise

Communiqué de l’Inter-syndicale de l’ESR sur les retraites (02/09/13)

"L’imbroglio des Éspé (1), chronique d’un désastre annoncé", par Pedro Cordoba (20 mai 2013)

"N’y a-t-il que la question du CNU ?", Hélène Conjeaud, 25 juin 2013

Motion de la 10e section du CNU (Littératures comparées)

"ANR 2013: une certaine idée de la science", par SLU

Pétition pour la qualification par le CNU / communiqué de la CP-CNU

CNU, 10e section (littératures comparées) : deux motions

"AERES : en finir avec l’agence de notation de l’enseignement supérieur et de la recherche", par C. Topalov (16/5/13)

Lettre ouverte de la CNARELA au sujet du CAPES de Lettres classiques

"Un amour de Mme Fioraso", par A. Compagnon (liberation.fr)

Motion votée à l'université de Toulon le 2 avril 2013 au sujet du projet de loi sur la formation des enseignants

Motion des universités de l'académie de Créteil sur la formation des enseignants (22/3/13)

Fil d'informations RSS Fil d'information RSS   Fabula sur Facebook Fabula sur Facebook   Fabula sur Twitter Fabula sur Twitter